Accueil Planète Biodiversité

Pourquoi il y a autant de guêpes cette année

Plusieurs facteurs ont encouragé l’arrivée précoce de nombreuses guêpes.

Temps de lecture: 2 min

Les guêpes sont présentes en nombre cet été. Les saisons clémentes que nous avons connues en 2022 ont permis une arrivée précoce de nombreuses guêpes, « essentiellement des espèces nordiques, comme la guêpe germanique ou la guêpe commune », selon le professeur Pierre Rasmont, directeur du laboratoire de zoologie de l’UMons.

Ce dernier explique l’impression d’être entouré de beaucoup de guêpes cette année par un climat propice à leur émergence durant toute l’année. De plus, les espèces nordiques créent des colonies plus importantes et sont plus propices à attaquer en cas de dérangement du nid. Tous ces facteurs peuvent nous contraindre à être fréquemment confrontés à leur présence.

Cette présence de guêpes est aussi due à la quantité de nourriture qu’elles ont à leur disposition, avec les nombreux insectes qui nous entourent lors de longues périodes ensoleillées. Leur présence prématurée peut déranger mais les guêpes sont pourtant utiles à la régulation des autres insectes. « Une guêpe tuée c’est mille autres insectes de plus maintenus en vie », rappelle le Pr Pierre Rasmont. Les guêpes ont aussi une fonction pollinisatrice importante.

Cette persistance des guêpes dans notre environnement est rassurante malgré les dangers auxquels elles sont confrontées, parmi lesquels les produits phytosanitaires. « Ces produits ont un impact sur les petits insectes et donc sur la chaîne alimentaire des guêpes », précise le Pr Frédéric Francis, responsable à l’unité d’entomologie de l’ULG. « Elles ne sont en contact direct avec ces produits qu’en cas de pollinisation de plantes en fleurs. L’agriculture doit viser à laisser des lieux de biodiversité propices aux insectes. »

Pour se prémunir des piqûres de guêpe, quelques gestes simples peuvent être appliqués. « Le plus important est de ne pas garder de ressources sucrées à proximité de soi », indique le professeur Frédéric Francis. « Les comportements à risque comme la cueillette ou le jardinage sont à proscrire lors des heures de grand ensoleillement. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Biodiversité

Etudier le pollen des fleurs pour mieux nourrir les abeilles

Face au déclin des insectes pollinisateurs, les chercheurs tentent d’optimiser les zones de plantes à fleurs. Pour cela, une équipe scientifique de l’UCLouvain a lancé une vaste opération de collecte de pollens à analyser. Une véritable armée de cueilleurs bénévoles a été mobilisée.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une