Accueil

Les thérapies cognitives à l’assaut des cauchemars

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 1 min

Les mauvaises nuits ne sont pas une fatalité. Des méthodes existent pour diminuer la fréquence des cauchemars. « A l’heure actuelle, la thérapie la plus efficace est la répétition par imagerie mentale (RIM). Elle a d’ailleurs obtenu la recommandation de grade A », insiste Jean-Baptiste Maranci. Mise au point aux Etats-Unis dans les années 90, cette méthode est issue des thérapies comportementales et cognitives (TCC). « Concrètement, on demande au patient de sélectionner l’un de ses cauchemars, de le visualiser pour en changer la fin. L’opération doit se répéter tous les soirs. Malheureusement, il existe peu de professionnels formés à cette méthode. » Autre technique : le recours aux rêves lucides. « L’objectif in fine est de prendre conscience que nous sommes en train de rêver pour pouvoir changer le cours du rêve. Une technique qui nécessite un long entraînement », poursuit le Dr. Maranci. Les cauchemars représentent souvent la face émergée de l’iceberg.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs