Accueil Monde Asie-Pacifique

Chine: dernier jour des manœuvres militaires autour de Taïwan

Pékin s’apprête à terminer son opération militaire d’envergure autour de Taïwan, en réaction à la visite de Nancy Pelosi, cheffe des députés américains. La visite avait déclenché la fureur de la Chine, faisant plonger les relations sino-américaines.

Temps de lecture: 5 min

La Chine s’apprêtait dimanche à boucler ses plus grandes manœuvres militaires jamais menées autour de Taïwan, une réaction de colère à la visite de la cheffe des députés américains Nancy Pelosi sur l’île qui a fait plonger les relations entre Pékin et Washington au plus bas depuis des années.

Numéro trois des Etats-Unis, Mme Pelosi a déclenché la fureur de la Chine avec sa visite mardi et mercredi, la plus importante d’un élu américain à Taïwan en 25 ans. Pékin a réagi en suspendant une série de discussions et coopérations bilatérales sino-américaines, notamment sur le changement climatique et la défense.

L’armée chinoise a aussi lancé les plus importants exercices militaires de son histoire, envoyant avions de chasse, navires de guerre et missiles balistiques dans ce que les analystes considèrent comme une simulation de blocus et d’invasion de Taïwan.

Dimanche, elle a mené « des exercices pratiques conjoints en mer et dans l’espace aérien entourant l’île de Taïwan, comme prévu », a indiqué le commandement Est de l’armée chinoise, qui chapeaute l’espace maritime oriental du pays – et donc Taïwan. Ces exercices visaient à « tester la puissance de feu conjointe sur le terrain et les capacités de frappe aérienne à longue portée », a-t-il ajouté.

Le ministère taïwanais de la Défense a confirmé que la Chine avait déployé « des avions, des navires et des drones » autour du détroit, « pour simuler des attaques contre l’île principale de Taïwan et contre des bateaux dans nos eaux ».

Pékin a aussi envoyé des drones au-dessus des îles périphériques de Taïwan, a-t-il précisé.

Nouveaux exercices

En réponse, Taïwan dit avoir mobilisé un « système conjoint de renseignement, de surveillance et de reconnaissance pour suivre de près la situation de l’ennemi » et envoyé des avions et des navires.

Ces vastes manœuvres doivent s’achever à la mi-journée, même si Pékin a annoncé que de nouveaux exercices « à tir réel » seraient menés jusqu’au 15 août dans la mer Jaune qui sépare la Chine de la péninsule coréenne.

Pour prouver à quel point elle s’était approchée des côtes taïwanaises, l’armée chinoise a publié samedi une photo prise selon elle depuis un de ses navires militaires, où l’on voit un bâtiment de la marine taïwanaise à quelques centaines de mètres seulement.

Ce cliché pourrait être le plus proche du littoral taïwanais jamais pris par les forces de Chine continentale. L’armée chinoise a également publié la vidéo d’un de ses pilotes d’avion de chasse montrant, depuis son cockpit en plein vol, le littoral et les montagnes de Taïwan. Selon la télévision publique chinoise CCTV, des missiles ont survolé Taïwan cette semaine durant les exercices autour de l’île – ce qui constituerait une première.

Taipei n’a cessé de condamner ces manœuvres ces derniers jours, fustigeant son « voisin malveillant » et appelant Pékin samedi à « arrêter immédiatement de faire monter la tension et de mener des actions provocatrices visant à intimider le peuple taïwanais ».

Avertissement

Plusieurs experts ont expliqué à l’AFP que ces exercices servaient d’avertissement : l’armée chinoise semble désormais en mesure de mener un blocus total de l’île tout en empêchant les forces américaines de lui venir en aide.

« Dans certains domaines, ses capacités dépassent peut-être même celles des Etats-Unis », note Grant Newsham, ex-officier de la marine américaine et chercheur au Japan Forum for Strategic Studies.

« Si une (future) bataille est confinée dans une zone directement autour de Taïwan, alors la marine chinoise sera un adversaire de taille. Et si (…) les Américains et les Japonais n’interviennent pas, les choses seront très difficiles pour Taïwan. »

L’ampleur des manœuvres et la décision de Pékin de se retirer de dialogues bilatéraux cruciaux sur le climat et la défense ont déclenché une pluie de condamnations par les Etats-Unis et leurs alliés. Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken a déclaré samedi à Manille que les Etats-Unis étaient « déterminés à agir de manière responsable » pour éviter une crise après la « disproportion totale » selon lui de la réaction chinoise.

La Chine ne devrait pas prendre en « otage » les discussions sur des questions telles que le changement climatique car cela « ne punit pas les Etats-Unis, mais le monde entier », a-t-il ajouté.

Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a quant à lui prévenu qu’il « est impossible de résoudre les problèmes les plus pressants dans le monde sans un dialogue et une coopération efficaces entre les deux pays », selon son porte-parole.

Reprise du trafic aérien

Le trafic aérien de voyageurs a repris dimanche à Taïwan alors que les vastes manœuvres militaires chinoises autour de l’île doivent prendre fin. Les avions peuvent à nouveau survoler l’espace aérien taïwanais à l’exception d’une zone à l’est de l’île qui sera évitée, par précaution, jusque lundi matin.

Les avertissements émis depuis jeudi et le début des manœuvres militaires de la Chine ne sont plus d’application, a indiqué le gouvernement taïwanais.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

16 Commentaires

  • Posté par non non, dimanche 7 août 2022, 19:29

    Pour le nerf de la guerre; gaz, pétrole je mise sur le fait que d'ici 2/3 ans des solutions seront trouvées pour remplacer ceux-ci. Bonne soirée.

  • Posté par non non, dimanche 7 août 2022, 19:25

    Les marchés financiers prennent des risques mais je doute qu'ils apprécient l'instabilité même relative de leurs investissements par la Chine, Russie, Espérons un changement des industriels, banquiers, politiciens du monde occidental pour rapatrier en Occident le know how Plusieurs pays européens Roumanie, Bulgarie, ex bloc de l'est seraient à même de relever ce défi.

  • Posté par Masure Luc, dimanche 7 août 2022, 18:14

    Je crains que la citation de Lénine soit toujours vraie: "Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons" On n'est pas prêt de faire machine arrière avec les investissements occidentaux en Chine. A moins que les coûts de production en Chine deviennent équivalents à ceux de l'Europe et des USA. Ou à moins que le système capitaliste arrive à sa fin, ce que prédisent de grands économistes. Je réitère ma préférence pour un système capitaliste d'état comme en Chine MAIS avec nos systèmes parlementaires démocratiques. Ou avec les dirigeants des multinationales élus au suffrage universel.

  • Posté par Mauer Marc, dimanche 7 août 2022, 16:16

    Il est très important que les chinois aient reçu 5/5 le message : ils ne nous donnent pas d’ordre, et ils ne nous punissent pas. A force de tout traiter à l’intérieur par l’outrance et la brutalité aveugle, ils ont fini par croire que cela marcherait aussi à l’international ! A la niche, et vite !

  • Posté par Debersaques Bart, dimanche 7 août 2022, 15:37

    en d'autre mots: fabrication local, arrêter tout les affaires avec la Chine.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une