Accueil La Une Économie

Chez Yara: «Si les prix du gaz continuent à monter, on devra arrêter de produire»

Le producteur d’engrais Yara pèse 2 % de la consommation belge de gaz. Son patron Michel Warzée s’inquiète de l’envolée des prix et espère que son secteur échappera à d’éventuels rationnements, au nom de la « sécurité alimentaire »

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 3 min

Pour l’heure, ce ne sont pas tant les risques de pénurie ou de rationnement que la hauteur des prix du gaz qui inquiète les entreprises. Celles-ci ont commencé à prendre des mesures. Le chimiste allemand BASF a ainsi réduit la production de ses usines les plus gourmandes en gaz. Il s’agit principalement de fabriques d’ammoniac, composé dont le gaz est l’un des ingrédients principaux et qui sert notamment à fabriquer des engrais. L’usine de BASF à Anvers est concernée. Le groupe norvégien Yara a aussi entrepris de réduire sa production de 20 % en Europe. L’entreprise produit des engrais azotés à base d’ammoniac et possède une grosse usine dans le Hainaut (Tertre) qui, à elle seule, pèse près de 2 % de la consommation belge de gaz et 15 % de l’énergie wallonne. Depuis fin avril, elle tourne à 50 % de sa capacité.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs