Accueil Monde

Entre la politique italienne et le Kremlin, de dangereuses liaisons

Les velléités pro-russes de Matteo Salvini, qui n’a jamais renié son admiration pour Vladimir Poutine, pourraient être endiguées par ses alliés de la droite.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Il y avait un temps où Matteo Salvini affichait fièrement son admiration pour Vladimir Poutine. C’était l’époque où le leader de la Ligue n’hésitait pas à poster sur ses réseaux sociaux des photos où, tout sourire, il arborait un t-shirt à l’effigie du président russe, que ce soit au Parlement européen ou sur la place Rouge de Moscou. « Je céderais volontiers deux Mattarella pour un demi-Poutine », écrivait-il en 2015, en rendant ainsi un vibrant hommage à l’occupant du Kremlin tout en attaquant le président de la République italienne.

Aujourd’hui, alors que la Péninsule est plongée dans une fébrile campagne électorale suite à la chute du gouvernement d’unité nationale de Mario Draghi, nombreux sont ceux qui se demandent si ce « penchant » politique, jamais renié, est encore bien présent et à même de nuire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par Le Maigat Damien, mardi 9 août 2022, 15:16

    Ce qui est ‘amusant’ avec tous ces partis d’extrême droite, c’est qu’ils ont toujours le mot ‘patrie’ à la bouche et se prétendent patriotes, et puis, on se rend compte un jour que Le Pen se fait acheter par une banque russe et quelques semaines plus tard apporte son soutien à l’annexion de la Crimée pas Moscou, que l’extrême droite autrichienne propose ses services à ce qu’ils pensaient être un représentant de la Russie (en fait un journaliste qui voulait dénoncer leurs magouilles), etc… Bref, de même que les plus grands moralisateurs sont souvent les plus pervers, les plus ‘patriotes’ sont souvent les plus vendus à l’ennemi.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 9 août 2022, 14:54

    Povera Italia.

  • Posté par D L, mardi 9 août 2022, 9:01

    Toujours s'acharner sur celui qui tente d'arrêter les migrants économiques qui envahissent l'Europe. Si nous voulons vraiment sauver l'Europe ce n'est pas en bêlant comme la Gauche et les verts dogmatiques que nous allons réussir. Au moins lui s'attaquait au vrai problème : les ONG qui collaborent avec les passeurs criminels et par dessus le marché ils sont financés par nos impôts.

  • Posté par Caver Jean, mardi 9 août 2022, 13:34

    Il s'agit de sécurité nationale et de notre avenir. On se fiche de la Gauche et des Ecolos : ce n'est pas le sujet. Le sujet c'est la collaboration avec les nouveaux nazis du Kremlin de la part de l'ultra droite raciste, fasciste et collaborationniste. Ces gens dont certains ont été achetés par les Russes méritent la prison et j'espère que des enquêtes (comme en Allemagne et en Belgique chez les Ecolos notamment) pourront faire la lumière sur ces ordures qui vendent leur pays à des raclures de bidet. On ne pourra pas les pendre ni même les plonger dans le goudron, à poil, avant de les emplumer. Mais qu'on les enferme après confiscation de leurs biens.

  • Posté par massacry olivier, lundi 8 août 2022, 21:09

    Une idée de bricolage pour les Z et autres Jacqmin : suivre les contours en pointillé autour de la tête de Salvini, découper, et mettre sa photo.

Plus de commentaires

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs