Accueil Léna

L’humanité est-elle vraiment «à un malentendu de l’anéantissement nucléaire»?

A l’ouverture de la conférence sur le traité de non-prolifération nucléaire, début août, le secrétaire général de l’ONU a affirmé que « l’humanité est à un malentendu de l’anéantissement nucléaire ». Jean-Marc Le Page, spécialiste de la question, revient sur ces propos et analyse les enjeux de la dissuasion nucléaire aujourd’hui. Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Jean-Marc Le Page est agrégé et docteur en histoire. Il a publié La Bombe atomique, de Hiroshima à Trump (Passés composés, 2021), dont une version actualisée paraîtra le 24 août sous le titre La menace nucléaire, de Hiroshima à la crise ukrainienne.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a récemment affirmé que « l’humanité est à un malentendu, une erreur de calcul de l’anéantissement nucléaire ». Comment en est-on arrivé là ? Faut-il relativiser ces propos ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Weissenberg André, dimanche 14 août 2022, 13:08

    Non. On le voit bien en Ukraine malgré l'agitation du Kremlin. On est loin de la situation de 1962. Et il est tout aussi stupide de prétendre que c'est la menace nucléaire agitée par Poutine qui retiendrait l'OTAN, plutôt que l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord. Car qu'en est-il de facto? Ce sont bien les membres de l'OTAN qui arment les Ukrainiens avec du matériel OTAN, et permettent ainsi à l'Ukraine de tenir tête à la Russie, le temps qu'elle ait rassemblé suffisamment de forces pour rejeter le Poutine chez lui. C'est à ce moment-là, quand les Ukrainiens pourraient pénétrer en territoire russe et tenter de faire le ménage à Moscou, directement ou par personnes interposées, que la question nucléaire pourrait se poser. Encore que la fin de l'URSS nous ait montré que le "football" russe était en de bonnes mains à l'époque, ce qui devrait toujours être le cas aujourd'hui. C'est une raison supplémentaire de considérer qu'il n'y a vraiment pas le feu au lac.

  • Posté par STORDIAU Pierre, samedi 13 août 2022, 16:43

    C'est le cas depuis que l'Occident a eu la bêtise (cupidité ?) de permettre aux "autocraties" de se consolider avec notre technologie et nos moyens financiers !

  • Posté par Lhermitte Jean-Yves , mercredi 10 août 2022, 7:23

    C est le cas depuis les années 60.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs