Accueil Culture Musiques

Fin de saison avec hémoglobine à la Monnaie

L’opéra « Sweeney Todd » de Sonheim, féroce, humain… et drôle. Le « musical » réussit sa « joyeuse » entrée à la Monnaie avec le chef d'oeuvre de Sonheim dans une mise en scène percutante.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 3 min

Dans un Londres de misère, vit une société qui engendre des monstres, où l'homme dévore l'homme, au propre comme au figuré puisque les égorgés par vengeance et par folie du barbier Sweeney Todd finissent dans la cuisine de sa logeuse/amoureuse, Miss Lovett. Hémoglobine sur rasoir effilé, tourte à la chair humaine, entre shop de barbier et snack : succulent et terrifiant, d'une ironie féroce qui détourne le grand guignol, mais aussi traversé d'humanité, de tendresse et de douleur, et qui en dit long sur la violence, l'hypocrisie des nantis sur la population la plus pauvre (livret de Hugh Wheeler). Dernière production de la saison, Sweeney Todd de Stephen Sondheim, un des chefs d'oeuvre de la comédie musicale (1979) devrait ravir tous les publics.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Musiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs