Accueil Société

Variole du singe: le sursaut politique

Frank Vandenbroucke (Vooruit) se donne dix jours pour vacciner les publics les plus à risque comme les travailleurs du sexe. Faute de vaccins en suffisance, la prévention et le testing restent les deux armes principales des autorités sanitaires.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Depuis le début de l’été, le monde politique s’était fait très discret au sujet de la variole du singe. Plusieurs centaines de contaminations et quelques polémiques sur l’absence de doses et autres messages de prévention en suffisance plus tard, Frank Vandenbroucke est sorti du bois mercredi. La presse comme les Régions ont été convoquées un peu à la surprise générale dans la torpeur du mois d’août. L’entourage du ministre fédéral de la Santé assure qu’il ne faut pas y voir un lien avec la Gay Pride organisée à Anvers ce week-end, mais les différents spécialistes qui ont pris la parole ont rappelé que l’intégralité des cas répertoriés en Belgique concernait des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH). Du moins jusqu’à ce mercredi puisqu’un premier cas de sexe féminin a été signalé.

1

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Huys Eric, jeudi 11 août 2022, 17:13

    Il a l'air vachement atteint lui dis-donc ! Il a pas joué dans "l'Armée des douze Singes", cet acteur ?

  • Posté par lambert viviane, mercredi 10 août 2022, 23:31

    Il faut arrêter de paniquer et surtout de mélanger la variole ( pratiquement éradiquée de la surface de la Terre grâce à des campagnes de vaccination ET des conditions de vie et d'hygiène mais qui peut resurgir) et cette maladie-ci nommée malencontreusement "monkeypox" littéralement bouton de singe. Les symptômes ne sont identiques, ni d'ailleurs les moyens de transmission. Quant aux multiples précautions oratoires prises pour ne pas stigmatiser certaines parties de la population adulte, je les trouve hypocrites, furieusement débiles.

  • Posté par Lejeune Michel, mercredi 10 août 2022, 23:43

    ET... Généralement agréable de s'enrichir de la mousse d'un tiers. Sauf si derrière ne sert qu'à flatter un ego mal assuré. Le "ET" est, me semble-t-il, bien plus urgent à éradiquer que la bêtise scientifiquement assurée. Des connaissances en avons tous à foison. ET pourtant laissons la planète surchauffer. ET pourtant la réussite sociale (kesako) prime. ET que faisons-nous réellement afin de supprimer ce "ET"? Bonne soirée à vous Madame Lambert

  • Posté par lambert viviane, mercredi 10 août 2022, 23:31

    Il faut arrêter de paniquer et surtout de mélanger la variole ( pratiquement éradiquée de la surface de la Terre grâce à des campagnes de vaccination ET des conditions de vie et d'hygiène mais qui peut resurgir) et cette maladie-ci nommée malencontreusement "monkeypox" littéralement bouton de singe. Les symptômes ne sont identiques, ni d'ailleurs les moyens de transmission. Quant aux multiples précautions oratoires prises pour ne pas stigmatiser certaines parties de la population adulte, je les trouve hypocrites, furieusement débiles.

  • Posté par Lejeune Michel, mercredi 10 août 2022, 21:52

    En regard de cette société qui est la mienne, la vôtre: anémique, amnésique, absente, absurde, etc., etc. retitrons: Variole du politique: le sursaut du singe

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs