Accueil Sports Coupe du monde

Droit du travail, LGBTQI+, climat... le Qatar doit encore tenir ses promesses à quelques mois du Mondial

Il ne reste qu’un peu plus de trois mois avant le coup d’envoi d’une des Coupes du monde les plus controversées de l’histoire. Fortement critiqué, le Qatar est aujourd’hui en position de force pour avancer coûte que coûte.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

Dans les rues de Doha, les pelleteuses s’activent. Les gros chantiers, comme les stades, sont finis depuis belle lurette. Mais sur les larges avenues de la capitale qatarie, les dalles de bitume sont coulées les unes après les autres. Des gilets et casques fluorescents émergent régulièrement alors que la Coupe du monde s’affiche déjà partout. Elle est sur toutes les lèvres.

Il ne reste désormais plus que 100 jours avant le coup d’envoi du Mondial 2022 au Qatar. Depuis un peu plus de 4.200 jours, le pays est sous le feu des critiques. Depuis l’attribution de la compétition la plus polémique de l’histoire au petit émirat du Golfe, en 2010. Durant ces douze années, Doha a, sous la pression, beaucoup changé. Mais les concessions accordées sur le droit du travail sont encore très insuffisantes pour les ONG comme pour certaines institutions internationales. Le Qatar profitera-t-il des derniers mois pour combler ce fossé ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Coupe du monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs