Accueil Société

Les gouverneurs face aux catastrophes climatiques: «On ne sera jamais totalement prêt!»

La canicule, les feux et la sécheresse de l’été 2022 succèdent aux inondations de 2021. En première ligne pour gérer les conséquences des crises climatiques, humanitaires ou sanitaires, Gilles Mahieu (Brabant wallon) et Marie Muselle (faisant fonction à Namur) racontent un quotidien loin des clichés.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 8 min

Cela n’a échappé à personne : la Belgique sue. La canicule de ce mois d’août vient ponctuer un été historiquement sec. Le pays est en alerte orange. On craint des pénuries d’eau en Flandre, une multiplication des feux liés à la chaleur au sud. Alors que presque tous les ministres sont en vacances, ce sont les gouverneurs (chargés entre autres de la tutelle sur les CPAS et les zones de police) qui sont au poste de surveillance et décident des mesures restrictives à prendre afin d’éviter au maximum de se retrouver dans une situation aussi catastrophique que nos voisins français. Liège a été la première province à agir, suivie rapidement par le Luxembourg, Namur et le Brabant wallon. «   À trois virgules près, nos arrêtés sont les mêmes   », explique Gilles Mahieu, gouverneur du Brabant wallon. «  

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 13 août 2022, 15:03

    Des postes "à vie", à 8.000 € net par mois, sans ouverture d'emploi, sans conditions d'accès, sans évaluation, sans comptes à rendre - j'en rêve. Ah oui, vous auriez pu leur demander ce qu'ils touchent à la retraite - vous auriez été surpris : 100 % de leur traitement - quand je vous dis que j'en rêve.

  • Posté par deghelt Rudi, samedi 13 août 2022, 12:33

    face à la baisse de nos salaires, on ne sera jamais totalement prêt. Nouveau titre de l'article pour des fainéants.

  • Posté par dams jean-marie, samedi 13 août 2022, 10:22

    Les traines slaches ne font qu'appauvrir le pays ! 6 gouvernements , toutes les structures institutionnelles , les asbl bidons voila une très grande partie du déficit .La distribution du bénéfice du travail par ceux qui pendant 45 ans se lèvent pour toutes ces personnes et leurs amis issus des invasion massives que nous connaissons!

  • Posté par Esquenet Alexandre, samedi 13 août 2022, 8:04

    8.000 euros net par mois par parlementaire, ça ne m'étonne même pas que le déficit publique est énorme. 150x8000 soit 1 200 000 euros par mois, rien que pour la chambre ! Je ne dis pas que leur travail est facile, mais bon...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs