Accueil Monde France

Sécheresse: pourquoi le retour de la pluie n’est pas forcément une bonne nouvelle

La pluie doit faire son retour en Belgique, ce lundi 15. Si les précipitations sont trop importantes, elles peuvent donner lieu à des inondations, comme l’explique Paris-Normandie.

Temps de lecture: 2 min

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Postée par l’Université de Reading en Angleterre, elle montre trois gobelets d’eau posés sur trois pelouses différentes : une pelouse grasse copieusement arrosée, un gazon légèrement jauni par un été « normal », et un sol complètement grillé à la suite d’une vague de chaleur. Les gobelets sont retournés face contre terre.

Quand la pelouse grasse absorbe goulûment l’eau en une dizaine de secondes, le sol éreinté par la canicule y est comme imperméable, même au bout de quatre minutes. « Cette expérience montre le temps qu’il faut à un sol asséché pour absorber l’eau à nouveau, écrit l’Université. Il illustre combien de fortes précipitations après une période de sécheresse peuvent être dangereuses, en provoquant des crues subites ».

Une pluie fine nécessaire

A plus grande échelle, c’est donc ce qui se passe lorsque le sol est desséché par les canicules répétées et les vagues de chaleur qui perdurent, explique Paris-Normandie. Pour humidifier les sols et que l’eau s’y imprègne, de la pluie fine est nécessaire. Or, « au mois d’août, nous ne pouvons pas espérer des perturbations d’automne avec des pluies fines qui pénètrent lentement dans le sol », explique Météo France, même si cela « reste un épisode bienvenu, car il n’a pas plu depuis des semaines. »

Un risque d’inondation

Interrogé par Le HuffPost, Tristan Amm, prévisionniste à Météo-France, alerte quant à lui sur le risque de ruissellement lié aux orages en France : « On aimerait éviter des pluies trop fortes pour éviter les risques de ruissellement, on préférerait des perturbations avec des pluies stationnaires sur plusieurs semaines pour humidifier les sols ».

Il a également mis en garde contre les orages secs, qui se forment lorsque les températures sont anormalement élevées et que le taux d’humidité est bas, « alors la pluie s’évapore avant même d’arriver sur le sol ».

Sur Franceinfo, Eric Brocardi, le porte-parole des sapeurs-pompiers de France, a affirmé pour sa part craindre « des inondations assez importantes (…) dès la rentrée », à l’instar de la tempête Alex, qui avait ravagé en 2020 les vallées de la Roya, de la Tinée et de la Vésubie, et fait 10 morts.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

11 Commentaires

  • Posté par mauroy charles, lundi 15 août 2022, 21:23

    Ça fait 60 ans que je sais ça....il faut vraiment être minable pour écrire ce genre d'article....et encore plus idiots les soit-disant spécialistes climatologique...

  • Posté par De Kegel André, lundi 15 août 2022, 19:51

    La "rédaction" toujours aussi incompétente.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mardi 16 août 2022, 15:23

    Posté par De Kegel André, lundi 15 août 2022, 19:55: Et certain continue à faire un commentaire idiot...

  • Posté par José Dehove, lundi 15 août 2022, 17:21

    Une pluie orageuse violente de quelques minutes provoquera un ruissellement mais ce sera mieux que rien du tout ! Et une pelouse desséchée n'est pas un terrain agricole 'nu' desséché lardé de crevasses de 20-30 cm. de preofondeur !

  • Posté par Joute Dodo, lundi 15 août 2022, 17:04

    Oui, bon! On va s'angoisser pour les éventuelles conséquences d'une éventuelle grosse pluie qui ne va pas forcément tomber? C'est faire de la copie! On n'achète pas un journal pour ce type de non-information!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une