Accueil Monde Proche-Orient

Salman Rushdie: pourquoi le livre «Les Versets sataniques» a été pris pour cible

La déferlante de haine suscitée par le livre de Salman Rushdie, rarement lu par ses détracteurs, tient pour l’essentiel à la reprise d’un épisode légendaire de la vie de Mahomet.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Lorsqu’il publie Les Versets sataniques, son quatrième roman, à l’automne 1988, Salman Rushdie se doute qu’il froissera quelques imams, mais il n’anticipe pas du tout la violence de la réaction à ce roman foisonnant à la lecture parfois ardue. L’histoire, qui parle beaucoup de condition migratoire et du tiraillement identitaire, met en scène deux acteurs indiens (dont un ayant un passeport britannique), seuls survivants d’un crash d’avion. Le récit alterne le suivi de ces deux personnages à l’inimitié grandissante et transcription des rêves de Gibreel, l’un des deux protagonistes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

14 Commentaires

  • Posté par Joute Dodo, mercredi 17 août 2022, 13:23

    C'est le moment ou jamais de lire ce livre pour savoir en parler en connaissance de cause.

  • Posté par Retine Marc, jeudi 18 août 2022, 20:15

    Ah là c'est tout à fait exact!!!

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 17 août 2022, 10:32

    Chirac n'étant pas l'oracle de Delphes et n'ayant même pas feuilleté ce livre, il eût mieux fait de s'abstenir d'autant que le blasphème (encore faudrait-il qu'il y en ait un ) est encore autorisé sans restrictions en France.

  • Posté par Deladrier-rase , mardi 16 août 2022, 17:34

    déclaration de Chirac à l'époque (avant d'être Président donc) : « Je n'ai aucune estime pour Monsieur Rushdie : “J’ai lu ce qui a été publié dans la presse. C’est misérable. Et en règle générale, je n’ai aucune estime pour ceux qui utilisent le blasphème pour faire de l’argent.”

  • Posté par Deladrier-rase , mercredi 17 août 2022, 11:36

    Ai-je dit que Chirac était mon maître à penser? Simple illustration que la complaisance envers l'Islam -et Chirac ne peut quand même pas être taxé d'islamo-gauchiste- est illusoire...

Plus de commentaires

Aussi en Proche et Moyen-Orient

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs