Accueil Baptême de l’art

Baptême de l’art: un pantin sous les étoiles

Trois raisons d’aller voir « Pinocchio », l’opéra patrimonial de Luc Petit dans le parc du château de Belœil. Jusqu’au 21 août.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Ce château. Demeure des princes et princesses de Ligne depuis le XIVe siècle. Ce jardin baroque, dessiné en 1664. Cette histoire, enfin. Pinocchio, fantastique roman pour enfants écrit par Carlo Collodi en 1881.

Pas étonnant que le directeur artistique et metteur en scène Luc Petit, fondateur avec son complice Michel Teheux des Nocturnales en 2005, aient craqué pour ce petit personnage de bois tendre qui rêve d’une folle vie d’aventures. Ce qu’ils ont monté cet été dans le parc du château de Belœil, c’est exactement ça : une odyssée féerique de deux heures, un parcours déambulatoire entre les bassins, les statues, les arbres centenaires éclairés de guirlandes lumineuses, avec Jiminy Cricket qui joue le guide et une armada de marionnettistes, comédien.nes, acrobates, bateleur.euses, danseur.euses, jongleur.euses... Soit une cinquantaine d’artistes (et autant de technicien.nes) dont 70 % d’amateurs et amatrices venant de troupes locales.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Baptême de l’art

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs