Accueil Léna

Yanis Varoufakis sur la crise énergétique: «Quand j’entends solidarité européenne, je bondis de ma chaise!»

« Chaque pays mène sa propre politique énergétique, alors que nous avons tant besoin, et de toute urgence, d’une véritable union de l’énergie », justifie l’ex-ministre des Finances grec.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Yanis Varoufakis a occupé le poste de ministre des Finances au sein du gouvernement grec de janvier à juillet 2015. Son opposition à la politique d’austérité de l’Union européenne a fait parler de lui. Quelque temps plus tard, cet économiste et professeur en la matière a fondé le nouveau mouvement de gauche radicale « Démocratie en Europe », branche pour laquelle il siège aujourd’hui au Parlement grec, à Athènes.

Les Etats de l’Union européenne viennent de s’accorder sur un plan d’économie du gaz. Faut-il y voir un acte de solidarité ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Vanloo , dimanche 21 août 2022, 20:36

    Certains commentaires présents sont vraiment un salmigondis d'éléments hétéroclites et contradictoires, et y a toujours autant d'adeptes de la pensée unique. C'est également aussi toujours vrai que nous vivons dans un monde ou selon que vous soyez riche ou misérable , les jugement de cour vous rendront blanc ou noir Pour les nuls et il y en a aussi un (gros) paquet sur ce forum, réf les animaux malades de la peste

  • Posté par Joute Dodo, samedi 20 août 2022, 4:31

    Varoufakis n'a pas pu prouver sa valeur en faisant partie du gouvernement grec. Sa prestation à l'époque était en dessous de tout. Il prétend maintenant revoir la politique énergétique de l'UE pour le compte de qui? Pour les criminels mafieux à la tête de la russie ou pour les asociaux génocidaires à la tête de la chine?

  • Posté par Haegelsteen Philippe, mercredi 17 août 2022, 14:02

    Aucun système n'est parfait dans un monde économique extrêmement complexe. Mais une chose est certaine, aucun pays d'ultra gauche n'a fait ses preuves en matière économique à part la grande "démocratie" chinoise...

  • Posté par Caver Jean, mardi 16 août 2022, 23:22

    @Damien ; non non, je ne vous taxe nullement d'ultra-libéral. Et ma vision du monde n'est pas binaire : elle se base sur des faits. Avez-vous lu Varoufakis ? Ce n'est pas qu'un homme politique quelconque tombé un peu par hasard dans une tourmente au moment où la Grèce allait faire faillite. C'est un éminent économiste dont la carrière académique est remarquable. Il a fait face à des banquiers, à une troïka de pays qui voulaient s'assurer que leurs épargnants retrouveraient leurs sous, quitte à mettre la Grèce (qui devait peu alors, quelques dizaines de milliards- dans des conditions qui allaient sacrifier 2 ou 3 générations. Aujourd'hui ce pays a une dette colossale (elle a explosé malgré/grâce à ces plans ?), bien supérieure à celle de cette époque. La démocratie ? Etymologiquement, je ne vous ferai pas l'injure de vous en donner le sens. Quand des technocrates non élus font les lois, entourent une commission non élue de leurs conseils , que le parlement européen ne peut faire de lois LUI (alors que ses membres sont élus, EUX) et que nos élus nationaux approuvent comme une chambre d'enregistrement ou que des banquiers qui jouent au casino peuvent se permettre de recommencer quand ils le désirent, je pense que nous n'avons pas la même notion de ce qu'est la démocratie. Nous sommes "alternativlos" comme disent les Allemands. Et ça, c'est la porte ouverte au populisme qui n'est que la réponse à ces dérives. Et nous ne sommes qu'au début !

  • Posté par Caver Jean, mardi 16 août 2022, 17:44

    @Damien : la réponse est très simple : les dirigeants, depuis toujours, protègent leurs intérêts. En 1776, qui votait aux USA ou en France après 1789 ? Les "gens" ? Seulement les riches. Si vous êtes riche, vous faites tout ce qu'il faut pour le rester : vous achetez les juges (riches comme vous), vous faites les lois à votre avantage, vous faites faire la guerre qui rapporte beaucoup d'argent, vous "informez" (même si votre business, c'est le plomb ou l'aluminium ou la construction) en achetant les médias qui parviendront même à convaincre qu'un riche doit payer moins d'impôts qu'un pauvre. Et ce qui est fabuleux, c'est que vous arrivez ! Et, de toute façon, aux USA (puisque c'est de là que tout part), s'il vous prend l'idée saugrenue de vous lancer en politique pour mettre fin à ces "anomalies morales", vous pouvez créer un parti "indépendant" mais vous n'aurez pas accès aux médias mainstream, que ce soit lors de législatives ou de présidentielles où il y a 2 partis qui racontent plus ou moins la même chose et sont financés par les mêmes donateurs et entreprises. Dont les ancêtres furent souvent des grands amis d'Adolf ou de Bénito... Ceci dit, je ne regrette évidemment pas une société "marxiste" mais faire passer la nôtre pour ce qu'elle n'est pas (à savoir une démocratie), c'est une gageure réussie. Il suffit de vous lire. Quant à Varoufakis, ce "crétin" en connaît quand même vachement plus que le médiocre lecteur lambda qui s'exprime sur ces pages (moi y compris).

Plus de commentaires

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs