Accueil

Un jockey sans nom

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Vu comme le premier travail de photographies assemblées pour créer un film (et montré notamment grâce au zoopraxiscope), « Animal locomotion » d’Eadweard Muybridge est le fruit d’études du mouvement effectuées entre 1884 et 1886 à l’université de Pennsylvanie. Ce travail, inscrit dans l’histoire, a intéressé plus tard des gens comme Marcel Duchamp, Sol LeWitt, Walt Disney ou encore Philip Glass. Et aujourd’hui Jordan Peele, qui fait d’une séquence portant sur le galop du cheval un ressort de Nope. La chose est connue : quand Muybridge commence à creuser le sujet, dans les années 1870, il entend par exemple démontrer qu’à un stade du mouvement, aucune des pattes du quadrupède n’est en contact avec le sol. Peele, lui, par la voix d’Emerald, explique que si le cheval avait un nom, celui du jockey qui le monte a basculé dans les oubliettes de l’Histoire. Et ni une ni deux : le réal en fait un Afro-Américain, quadrisaïeul de ses deux personnages principaux.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs