Accueil Immo

La productivité de la construction fortement impactée par la canicule

Lorsque le mercure atteint 35 degrés, 1 entreprise de construction sur 5 parle d’une quasi-cessation des activités.

Temps de lecture: 2 min

La canicule impacte fortement la productivité des entreprises de construction. Si, entre 25 et 29 degrés, la perte de productivité reste limitée, elle s’avère énorme lorsque le mercure dépasse 30 et surtout 35 degrés : lorsque la température atteint ce seuil, 1 entreprise de construction sur 5 parle même d’une quasi-cessation des activités. « C’est compréhensible, car il faut évidemment que les conditions restent supportables pour nos travailleurs », explique Niko Demeester, CEO de la Confédération Construction, « mais certains matériaux ne résistent absolument pas à cette chaleur. Pour le secteur de la construction, la vague de chaleur que nous venons de connaître n’est pas une bonne nouvelle. »

Même si beaucoup d’entreprises de construction prennent des mesures exceptionnelles, comme commencer la journée plus tôt, prévoir des pauses supplémentaires, effectuer le travail à l’intérieur autant que possible, alterner les tâches, etc., la chaleur semble toujours avoir un impact sur leur productivité.

Une enquête de la Confédération Construction, à laquelle 233 entrepreneurs et installateurs ont participé, montre qu’en cas de températures comprises entre 25 et 29 degrés, l’on constate une perte de productivité d’environ 10 % dans 65 % des entreprises de construction.

« Il pourrait y avoir des conséquences pour le client final »

Lorsque les températures continuent de grimper, 9 entreprises de construction sur 10 déclarent que l’impact sur la perte de productivité est important, atteignant même 25 %. Et lorsque le thermomètre indique 35 degrés et plus, la situation s’aggrave : 92 % des entreprises de construction s’attendent à une forte baisse de la productivité ; 6 entreprises sur 10 prévoient même une baisse de plus de 50 %, tandis qu’1 entreprise de construction sur 5 parle même d’une quasi-interruption des activités. Cela concerne principalement un certain nombre d’activités (travaux de toitures, de voiries, et autres travaux extérieurs), mais il convient de noter que plusieurs matériaux deviennent effectivement inutilisables à de telles températures. Songeons à la colle, à la peinture, au mortier et au béton.

« En raison du changement climatique, les étés caniculaires se succèdent de plus en plus rapidement », conclut Niko Demeester. « Si le nombre de jours très chauds reste limité, l’impact sur les délais des travaux de construction sera également assez minime, mais si nous sommes confrontés à des périodes de chaleur de plus en plus longues, il pourrait y avoir des conséquences pour le client final. »

Habitat

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Immo

Voir plus d'articles
La UneLe fil infoCommentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo