Accueil Culture Scènes

Wagner: un «Ring» volontairement choquant à Bayreuth

Le nouveau « Ring » à Bayreuth laisse le spectateur circonspect : impressionné par l’élément musical, perplexe, voire choqué face à l’offre scénique.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

A 33ans, Valentin Schwartz, qui a déjà mis en scène Mozart, Verdi et Puccini, s’attaque à son premier Wagner et on a l’impression qu’il veut dépouiller le Ring de toutes ses composantes mythiques. Le monde des dieux devient le clan de nantis embourgeoisés, servi par des cohortes de serviteurs divers et soucieux du maintien des choses acquises. Les dieux ont dès le départ investi leur chic demeure du Walhalla avant de la revendre avant le début de Götterdämmerung aux non moins nantis décadents des Gibichungs. Et tout ce petit monde se comporte comme des bourgeois égoïstes. Au 2e acte de la Walkyrie, pendant l’annonce de la mort à Siegmund chantée à la porte de son salon, Fricka nettoie patiemment l’argenterie. L’omniprésente épouse de Wotan règle l’activité du domaine Wotan avec une obsédante rigueur.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Scènes

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs