Accueil Léna

Le général David H. Petraeus: «Le retrait des troupes américaines de Kaboul a rendu l’Afghanistan au djihad»

Le général David H. Petraeus, ancien chef des forces américaines en Afghanistan, fait le bilan un an après la fuite des Occidentaux et le retour des talibans.

Avec LéNA, découvrez le meilleur du journalisme européen.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Lorsqu’a été annoncé le retrait des troupes américaines de Kaboul, j’ai tout de suite dit que nous allions le regretter. Le retrait a été catastrophique, et les conséquences encore pires. Aujourd’hui, sachant qu’il y avait d’autres options possibles, beaucoup regrettent ce choix. » Un an après le retrait des troupes américaines qui, le 15 août 2021, a permis la reprise de Kaboul par les talibans, le général David H. Petraeus, 69 ans, dresse une longue liste des maux qui rongent aujourd’hui ce pays.

Ancien chef du commandement central des Etats-Unis, il a dirigé les forces américaines en Afghanistan et en Irak. A la tête de la CIA de 2011 à 2012, il préside aujourd’hui le KKR Global Institute, une société qui fournit des analyses du risque géopolitique aux investisseurs de fonds économiques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par STORDIAU Pierre, vendredi 19 août 2022, 23:07

    Rappelons quand même que c'était Trump qui avait négocié cette "reddition" qui ne disait pas son nom. A chacun sa responsabilité svp.

  • Posté par Marlier Jacques, jeudi 18 août 2022, 18:54

    Oui: les Etats-Unis ont commis une erreur en faisant confiance à l'armée régulière afghane, mais sur papier, cette armée était plus forte que celle des talibans. La déroute de l'armée afghane me semble donc plutôt démontrer la faiblesse de sa motivation. Les hommes afghans ne se sentent pas suffisamment concernés par la cause féminine. Voyez la proportion ridicule d'hommes dans les manifestations pour le droit des femmes: il y a bien plus de blancs dans les manifestations de type "Black Lives Matter" que d'hommes dans les manifestations féminines afghanes. Voyez aussi l'acharnement et les réussites des Ukrainiens contre les Russes... et les Russes sont pourtant bien plus puissants que les talibans. Non: tant que le peuple afghan n'aura pas compris que son propre salut passe par le salut des femmes, l'Afghanistan restera un pays arriéré.

Aussi en LéNA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs