Accueil Société

Migration: dans le chaos du Petit-Château

Tous les matins depuis le début de l’été, les demandeurs d’asile s’écrasent et se poussent pendant des heures, espérant décrocher leur droit à l’accueil. La nouvelle organisation impulsée par le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), ajoute « des problèmes aux problèmes », selon les ONG. Sur place, la tension est maximale.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 6 min

Arrêtez de pousser ! » Il est 8 heures, ce lundi matin, au cœur de la capitale de la Belgique. Une dizaine de policiers tentent de canaliser une foule d’hommes compressés entre les murs du Petit-Château et des barrières Nadar qui penchent de plus en plus vers le sol. Ces migrants venus du Brésil, d’Afghanistan ou d’Erythrée font la file pour démarrer leur procédure d’accueil. L’atmosphère est tendue. La plupart des candidats à l’asile savent qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde. Mamadou en est à sa deuxième tentative. « Je dors dans la rue depuis cinq jours. Ici, je ne connais personne. J’ai fui la guerre de Guinée-Bissau, en passant par le Sénégal puis l’Espagne. Cela fait cinq mois que je vis dehors. J’espère que la Belgique est ma dernière étape. ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

28 Commentaires

  • Posté par non non, mardi 23 août 2022, 18:32

    Intéressant. Donc, des mecs se cachent derrière les jupes des femmes pour justifier des aumones et fuir leurs pays.

  • Posté par D L, jeudi 25 août 2022, 1:37

    Madame Petitjean, 50% au moins ont obtenu l'asile ailleurs, mais ils repostulent ici..Cela vous arrive aussi de demander des indemnités de chômage à 3 caisses différentes ? non parce que je vous crois honnête . Trouvez- vous normal ce que font ces réfugiés économiques ? Moi pas.

  • Posté par Petitjean Marie-rose, mercredi 24 août 2022, 8:10

    Comme d'autres se cachent derrière un pseudo par peur d'assumer leurs écrits.

  • Posté par collin liliane, mardi 23 août 2022, 12:09

    Il faut d'urgence revoir le Protocole de Genève sur l'accueil des réfugiés. Il date du début des années 1950 et ne pouvait prévoir les migrations massives actuelles. C'est ce Protocole obsolète qui fait que "Fedasil condamnée est six fois par jour pour défaut de places d'accueil"(voir à ce titre) au montant exorbitant de 5000 euros chaque fois et la Commission européenne nous couvre elle aussi d'amendes, ce qui conduit l'Etat belge à devoir assumer en plus de longues procédures en appel. Il faut que cela cesse.

  • Posté par D L, mardi 23 août 2022, 16:02

    Dans un autre article de ce journal il est mentionné que 50% de ces demandeurs ont déjà un statut de réfugié, mais comme ce pays est prodigue avec l'argent de la Belgique qui travaille, ils viennent chez nous. Cela Le Soir ne le souligne pas.

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs