Accueil Belgique

Mary Ann Cotton, fanatique de l’arsenic

Les empoisonneuses célèbres (2/5). Maris, amant, enfants : 21 morts au compteur de la première tueuse en série de l’histoire criminelle britannique. Son procès porta sur les quatre dernières victimes.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 10 min

Il n’y a plus eu d’exécution de femmes depuis 74 ans dans la prison de Durham. Celle de Mary Ann Cotton, 41 ans, est attendue ce lundi 24 mars 1873 à 8 heures avec fébrilité par la presse locale et les habitants de ce petit bourg du nord-ouest de l’Angleterre. Le comté a requis pour l’occasion les services de William Calcraft, le célèbre bourreau de Londres et du Middlesex, qui monnaye ses services en province à 10 £ le pendu, plus les frais. Ce géant à la barbe blanche est craint. Il incarne une justice implacable et reflète par sa technique cruelle l’état de la justice de la société qu’il sert. Au cours de ses 40 années de carrière, il a déjà fait passer de vie à trépas plus de 450 condamnés. Il en a oublié la comptabilité précise.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Belgique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs