Accueil Économie Emploi

Les jeunes sont de plus en plus nombreux à dire «ciao» à leur employeur

Quelque 11 % de tous les contrats de travail des jeunes de moins de 25 ans ont déjà été rompus cette année, soit le double de l’an dernier. Près de la moitié des ruptures sont à l’initiative du travailleur, selon le groupe de services RH Acerta.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 4 min

On pensait que le phénomène de la « grande démission », qui voit se multiplier les départs volontaires des travailleurs de leur entreprise, épargnait quelque peu la Belgique. Toute la Belgique ? Non. Selon le groupe de services RH Arcerta, qui s’appuie sur les données « issues de plus de 30.000 employeurs », les départs volontaires se répandent parmi les plus jeunes recrues.

Quelque 11 % de tous les contrats de travail des jeunes de moins de 25 ans ont déjà été rompus cette année, selon l’organisme qui affirme que c’est plus du double (+ 136 %) par rapport à l’année dernière et près du triple (+ 181 %) par rapport à la période précédant la crise du coronavirus. Près de la moitié des départs (47 %) surviennent à l’initiative du travailleur et 36 % des contrats sont rompus d’un commun accord, seuls 17 % étant donc le fait d’un licenciement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Esquenet Alexandre, mercredi 24 août 2022, 12:46

    "l’obligation de venir travailler deux jours par semaine sur place, alors que rien ne le justifiait" gros +1

  • Posté par Dupont Vincienne, mercredi 24 août 2022, 10:54

    Excellente nouvelle ! Tout d'abord parce qu'un contrat de travail est tout d'abord un contrat et qu'en matière contractuelle l'égalité des parties est toujours une bonne nouvelle. Ensuite parce que cela dénote un fonctionnement plus fluide du marché du travail ou les demandeurs (les employeurs, contrairement à ce qu'on affirme souvent) et les offreurs de travail ont davantage de possibilités et d'opportunités.

  • Posté par Mauer Marc, mercredi 24 août 2022, 9:57

    Tant que ce choix n’est pas soutenu par des compensations financières sociales, chômage et autres, ça ne me pose pas de problème ! A l’embauche par contre, j’entends (trop souvent) dire par les candidats qui se présentent (50% de ceux qui ont pris rdv) qu’en fait, ce qu’ils recherchent, c’est le cachet sur leur document de recherche d’emploi ! Et ça, ça me plaît beaucoup moins !

Aussi en Emploi

Etudes: prendre des risques et accepter l’incertitude

S’orienter vers des études supérieures ou se réorienter en cours de cursus académique, voire après être entré dans la vie active depuis plusieurs années, c’est poser un choix en explorant ce qui existe et ce que l’on sait de soi-même, puis trancher.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs