Accueil Monde États-Unis

Révocation du droit à l’IVG aux Etats-Unis: un juge de l’Idaho bloque une partie de la loi anti-avortement

L’Idaho, un Etat rural et conservateur de l’Ouest américain, avait été parmi les premiers à se doter d’une nouvelle loi après la volte-face de la Cour suprême des Etats-Unis sur le droit à l’IVG fin juin.

Temps de lecture: 2 min

Un juge fédéral américain a bloqué mercredi une partie de la loi interdisant quasiment tous les avortements dans l’Idaho (nord-ouest), une victoire pour l’administration Biden. L’Etat ne pourra pas poursuivre les médecins qui pratiquent une interruption volontaire de grossesse (IVG) pour protéger la santé de la femme, a décidé le juge B. Lynn Winmill.

Cette suspension se poursuivra jusqu’au terme d’une action en justice contestant l’interdiction de l’avortement, a-t-il ajouté.

L’Idaho, un Etat rural et conservateur de l’Ouest américain, avait été parmi les premiers à se doter d’une nouvelle loi après la volte-face de la Cour suprême des Etats-Unis sur le droit à l’IVG fin juin.

Le texte, qui reste très restrictif, entrera en vigueur jeudi. Le ministre de la Justice Merrick Garland avait demandé à la justice de bloquer cette loi, affirmant qu’elle violait une loi fédérale sur les urgences médicales puisqu’elle ne prévoyait pas d’exception en cas de « danger grave pour la santé » de la femme enceinte et autorisait des poursuites contre les médecins.

À lire aussi Diane Bernard de Fem & Law : «A la moindre crise, les droits des femmes peuvent être remis en question»

Dans sa décision, le juge B. Lynn Winmill a souligné que cette affaire « ne porte pas le droit constitutionnel révolu à l’avortement ».

« Cette cour n’a pas à trancher cette question plus large, plus profonde », a-t-il écrit. « Mais la cour est appelée à résoudre un problème bien plus modeste, à savoir si la loi de l’Idaho sur l’avortement entre en conflit avec une partie, petite mais importante, de la législation fédérale. C’est le cas », a poursuivi M. Winmill.

Même si elle se limite à un point spécifique, la décision constitue un succès – bien que relatif – pour l’administration de Joe Biden.

Elle « permet de s’assurer que les femmes dans l’Idaho recevront les soins médicaux d’urgence auxquels elles ont droit selon la loi fédérale », a salué le ministre Merrick Garland mercredi dans un communiqué.

À lire aussi Pologne: Justyna Wydrzyńska, la première activiste poursuivie pour avoir aidé à avorter

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une