Accueil Économie Emploi

Les sciences de la vie ont décidé de former… pour recruter

Deux bacheliers en alternance, en bioqualité et en biopharmaceutique, vont voir le jour en septembre. Objectif : pallier la pénurie de talents dans un secteur qui propose plus de 2.800 postes à pourvoir sur la seule année 2022, dont plus de la moitié cherchent encore preneur au second semestre.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Plus de 2.800 postes à pourvoir sur la totalité de 2022 : une bonne nouvelle, assurément, pour le secteur des sciences de la vie et de la chimie en Wallonie et à Bruxelles, mais aussi une source d’angoisse pour les entreprises concernées. « Plus de la moitié des sociétés ont des offres d’emploi ouvertes depuis plus de six mois. De plus, la transformation digitale complexifie les compétences attendues des talents. Il est temps de trouver des solutions structurelles pour répondre à ce besoin croissant de collaborateurs », dit-on chez Essenscia, la fédération sectorielle qui constate que, parmi ces besoins en recrutement, 46 % concernent de nouveaux postes et 54 %, des remplacements.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Emploi

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs