Accueil La Une Culture

Le roi des paparazzi, Daniel Angeli: «Les journaux ne protègent plus le photographe»

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 5 min

Il a bu des coups avec Richard Burton, s’est baladé le soir avec Aristote Onassis dans les rues de Paris, a surpris Sarah Ferguson se faisant lécher les doigts de pied par son conseiller financier et a partagé 20 ans de la vie de Johnny Hallyday en devenant son photographe attitré. Daniel Angeli, 79 ans, c’est un surnom, « le roi des paparazzi », des millions de photos, une dizaine de bouquins (dont un qui pèse 32 kg), 60 ans de carrière et une rétrospective l’an dernier à la Grande Arche de la Défense, à Paris. 45 ans après son plus célèbre cliché – Giovanni Agnelli, propriétaire de Fiat, sautant nu de son voilier, alors que le PDG de la filiale française venait d’être enlevé –, le photographe parisien déplore la fin annoncée de son métier.

Qu’est-ce que la mort tragique de Lady Di a changé pour vous, paparazzi ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs