Accueil Société Enseignement

Enseignement: le statut des profs est-il vraiment enviable?

A quelques jours de la rentrée, « Le Soir » s’intéresse de près au fonctionnement de l’école. Jour après jour, il décortique 5 questions taboues. Et y répond sans tabou. Aujourd’hui : le statut des profs est-il vraiment enviable ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 12 min

Des congés à la pelle, une vingtaine d’heures de cours en présentiel, un régime maladie plutôt enviable et une pension plus que correcte. A première vue, le métier d’enseignant semble plutôt enviable. A ces mots, les syndicats enseignants s’étranglent… presque. « Il n’y a que celui qui ne connaît pas le métier qui peut se permettre un tel jugement », pointe Roland Lahaye, de la CSC Enseignement (syndicat chrétien). « Ce sont des discours d’un autre temps, tenus par des personnes jalouses. Il y a pénurie, si elles veulent, les portes du métier leur sont grandes ouvertes. » Et ce n’est pas son collègue de la CGSP Enseignement (syndicat socialiste) qui le contredira ? « C’est sûr qu’il faut relativiser. On n’est pas à la mine », tempère Joseph Thonon. « Toutefois, le métier est loin d’être facile. » La faute aux horaires et au salaire ? Pas forcément.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

8 Commentaires

  • Posté par noel lelon, samedi 27 août 2022, 15:00

    Deux sujets transversaux aussi tabous, mais aussi incontournables, que les réseaux. 1. L'école française est ébranlée par la formation express de professeurs à cause de la pénurie. Les chefs d'école en FWB de Belgique doivent justifier de 22,5 jours de formation à raison de 8h de formation/jour. Un mois calendrier. Dans le fondamental, à quelques rares exceptions près, les chefs sont d'anciens instits. Combien réussiraient un vrai master universitaire ? En FWB de Belgique, pour former un chauffeur de bus scolaire, il faut une année complète en cours du jour pour adultes ou deux années complètes dans l'enseignement secondaire ordinaire. " La préparation et la formation des chefs d’établissement ne sont plus appropriées. Dans mon pays, on observe, en règle générale, que les chefs d’établissement sont des professeurs qui s’ennuient un peu ou beaucoup et qui ont de l’ambition. Ils n’ont pas une aspiration particulière à être chefs d’établissement, ni même d’aptitudes spéciales pour l’être. En conséquence, ce ne sont pas les meilleurs qui le deviennent. (Bernard HUGONNIER ancien directeur éducation à l'OCDE in colloque du Conseil de l'Education et de la Formation (CFWB) février 2012.) 2. Depuis des lustres, l'école francophone belge détient le triste record de l'inégalité sociale à l'école dans les 79 pays qui participent à l'enquête PISA (OCDE + partenaires). Ne parlez plus de l'école, du métier, de la charge, de l'élève… qui sont des entités abstraites en FWB. Les écarts entre ces entités sont abyssaux.

  • Posté par Claude , samedi 27 août 2022, 10:29

    Si le gouvernement ne sait pas jouer sur le brut, il a toujours la possibilité de faire en sorte que le "net" augmente et de freiner la taxation sur le travail!

  • Posté par Bonmariage Vincent, vendredi 26 août 2022, 9:42

    « Parmi les pays voisins, seuls les Pays-Bas et l’Allemagne paient nettement mieux leurs profs que nous". Pourquoi volontairement omettre le Luxembourg ? Parce que leurs salaires bruts sont deux fois plus élevés avec en plus un impôt/cotisation entre 20 et 30% quand c'est 45% en belgique ?

  • Posté par Bouko Christian, samedi 27 août 2022, 23:45

    sorry ; du MOINS .. c'est dû à une récente opération de la cataracte !

  • Posté par Bouko Christian, samedi 27 août 2022, 23:42

    Du mois c'était comme cela dans un passé assez proche :' Avant l’université au Luxembourg, les jeunes luxembourgeois, munis de leur diplôme de fin d’études secondaire (équivalent du bac), devaient s’expatrier à l’étranger pour poursuivre leurs études, principalement dans les pays frontaliers."

Plus de commentaires

Aussi en Enseignement

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs