Accueil Énergie

Prix de l’énergie: nouveau record pour les prix du gaz européen

Les prix du gaz sont gonflés par les craintes de pénurie, en raison notamment d’une maintenance de Nord Stream 1 prévue la semaine prochaine et qui engendrera une mise hors service du gazoduc entre la Russie et l’Europe pendant trois jours

Temps de lecture: 2 min

Les prix du gaz en Europe poursuivent jeudi leur ascension en flèche, gonflés par les craintes de pénurie qui continuent de peser sur les marchés.

Sur le marché à terme néerlandais - la référence européenne - le prix du gaz naturel pour livraison en septembre était de 321,41 euros le mégawattheure à la clôture jeudi, soit 10 % de plus que le record de mercredi. Un pic absolu de 345 euros par mégawattheure avait été atteint lors des transactions du 7 mars (227 euros à la clôture).

À lire aussi Nouvelle envolée des prix de l’énergie: quelles conséquences pour la facture des Belges?

Les prix du gaz sont gonflés par les craintes de pénurie, en raison notamment d’une maintenance de Nord Stream 1 prévue la semaine prochaine et qui engendrera une mise hors service du gazoduc entre la Russie et l’Europe pendant trois jours. L’entreprise publique russe Gazprom n’a de surcroit assuré qu’environ 20 % de ses capacités maximales de livraison de gaz par Nord Stream durant plusieurs semaines. Selon les responsables politiques européens, la baisse des livraisons est motivée par des raisons politiques, en réponse aux sanctions européennes contre la Russie pour son invasion de l’Ukraine.

En outre, l’annonce par le géant français de l’énergie EDF que quatre de ses réacteurs nucléaires prendront plus de temps à redémarrer que prévu a aggravé la situation sur les marchés, accru la demande d’électricité provenant des centrales au gaz et augmenté les prix de l’électricité.

À lire aussi Les prix du gaz en Europe augmentent encore: voici pourquoi (infographies)

 

À lire aussi Gaz russe: l’Union européenne se serre la ceinture pour affronter les pénuries

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Grand Bluff, vendredi 26 août 2022, 2:03

    Avec un brin mais alors seulement un brin d'honnêteté intellectuelle vous seriez bien obligés de reconnaître que le prix du gaz n'est que la conséquence directe des sanctions voulues par Washington et servilement adoptées par les "dirigeants" européens pour ne pas déplaire à leur bon maître dans la main duquel ils viennent manger depuis 1945. Passer au-dessus de la tête de 500 Millions de citoyens européens pour décider dans un cabinet feutré et dans un entre-soi constitué essentiellement de mafieux corrompus de haut vol (les actuels dirigeants européens) c'est exactement ça la DÉMOCRATIE occidentale...

  • Posté par Lietard Rudy, vendredi 26 août 2022, 3:28

    Tout à fait, idem pour les sanctions contre l'Iran. Mais là, chuuuut on ne dit rien. En résumé les grands fouteurs de merde sont les états-unis qui ,depuis la fin de la 2° guerre mondiale, ne font que foutre le bordel partout. Et nous Européens nous n'osons pas les contredire.

  • Posté par De Kegel André, jeudi 25 août 2022, 21:16

    Je l'avais prédit, après avoir entendu les âneries débitées par Tinne. Dur d'avoir raison avant les autres... TINNE: DEMISSION

  • Posté par Rabozee Michel, jeudi 25 août 2022, 21:28

    Il y a un bout de temps qu'on ne l'entend plus. Elle a réussi son coup (ses coups: liquider le nucléaire belge et rendre le pays plus dépendant du gaz qui aurait dû être russe, son (ancien) client en tant qu'avocate, si Poutler n'avait pas fêté son câble), le reste elle s'en fout.

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une