Accueil Monde Asie-Pacifique

Pakistan: au moins 1.000 morts dans des inondations dévastatrices

Plus de 33 millions de personnes – un Pakistanais sur sept – ont été touchées par les inondations et près d’un million de maisons ont été détruites ou gravement endommagées, estime le gouvernement.

Temps de lecture: 2 min

Des milliers de personnes vivant près de rivières en crue dans le nord du Pakistan ont reçu l’ordre d’évacuer leurs habitations samedi, après que les pluies dévastatrices de la mousson eurent déjà fait près de 1.000 morts.

De nombreuses rivières de la province de Khyber Pahktunkhwa – parcourue de montagnes et de vallées escarpées – ont débordé et détruit des dizaines de bâtiments, dont un hôtel de 150 chambres emporté par des eaux déchaînées.

« La maison que nous avions construite après des années de dur labeur a disparu sous nos yeux », s’est lamenté Junaid Khan, 23 ans, propriétaire de deux fermes piscicoles à Charsadda. « Nous nous sommes assis sur le bord de la route et nous avons regardé la maison de nos rêves couler », a-t-il ajouté à l’AFP.

Pic attendu ce dimanche

La mousson, qui dure habituellement de juin à septembre, est essentielle pour l’irrigation des plantations et pour reconstituer les ressources en eau du sous-continent indien. Mais elle apporte aussi chaque année son lot de drames et destructions.

Plus de 33 millions de personnes – un Pakistanais sur sept – ont été touchées par les inondations et près d’un million de maisons ont été détruites ou gravement endommagées, selon le gouvernement.

Samedi, les autorités ont ordonné à des milliers d’habitants du district de Swat d’évacuer leurs habitations avant que les rivières ne sortent de leur lit.

« Au début, certaines personnes ont refusé de partir, mais lorsque le niveau de l’eau a augmenté, elles ont accepté », a déclaré à l’AFP Bilal Faizi, porte-parole des services d’urgence.

Le changement climatique, principal responsable

Selon les autorités, ces intempéries sont comparables à celles de 2010, année au cours de laquelle 2.000 personnes avaient été tuées et près d’un cinquième du pays submergé par les pluies.

Les responsables pakistanais attribuent ces intempéries dévastatrices au changement climatique, affirmant que le Pakistan subit injustement les conséquences de pratiques environnementales irresponsables ailleurs dans le monde.

Le Pakistan est particulièrement vulnérable au dérèglement climatique. Il figure en 8e position des pays les plus menacés par les phénomènes météorologiques extrêmes, selon une étude de l’ONG Germanwatch.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Bartet Guy, samedi 27 août 2022, 23:00

    Combien y avait-il de Pakistanais il y a dix, vingt ou trente ans ? Dérèglement climatique, oui, mais aussi démographie galopante. Du coup, à catastrophe équivalente, un plus grand nombre de victimes.

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une