Accueil Énergie

Gaz russe: les livraisons via Nord Stream vers l’Europe sont à l’arrêt

L’interruption devrait durer trois jours.

Temps de lecture: 2 min

Trois jours sans gaz russe : les Européens sont de nouveau en alerte après une interruption des livraisons via le gazoduc Nord Stream mercredi pour des travaux de maintenance dans un contexte de flambée des prix de l’énergie.

Annoncée cet été par le géant russe Gazprom, cette interruption est liée à des travaux « nécessaires » dans une station de compression, située en Russie, de cette conduite qui relie directement les champs gaziers sibériens au nord de l’Allemagne, d’où le gaz est ensuite exporté à d’autres pays européens.

Le flux de gaz est effectivement tombé à zéro aux premières heures de la matinée mercredi, selon les données mises en ligne par le réseau européen de transport de gaz Entsog et par le site de la société Nord Stream.

À lire aussi Nouvelle envolée des prix de l’énergie: quelles conséquences pour la facture des Belges?

Gazprom a annoncé de son côté mercredi avoir « entièrement » suspendu ses livraisons de gaz vers l’Europe via Nord Stream. Les travaux « prévus sur une station de compression de gaz ont débuté », a indiqué le groupe russe dans un communiqué publié sur son compte Telegram. Ces travaux de maintenance, programmés jusqu’à samedi, doivent être effectués « toutes les 1.000 heures », avait assuré précédemment Gazprom, propriétaire du gazoduc.

À lire aussi Le groupe russe Gazprom suspendra «complètement» ses livraisons au groupe Engie dès jeudi

Mais dans le contexte de la guerre en Ukraine, l’énergie est au cœur d’un bras de fer entre Moscou et les Occidentaux qui accusent régulièrement la Russie d’utiliser le gaz « comme une arme ». Gazprom a réduit de 80 % les quantités livrées par Nord Stream au fil des derniers mois.

Pour le patron de l’Agence allemande des réseaux, Klaus Müller, les travaux qui débutent sont « incompréhensibles sur le plan technique ». L’expérience montre que la Russie « prend une décision politique après chaque soi-disant maintenance », a-t-il observé.

Mercredi matin, le prix du gaz a augmenté d’environ 6 %, à 281 euros par mégawattheure, un tarif cependant inférieur au pic enregistré vendredi dernier (346 euros).

À lire aussi L’urgence pour le Codeco énergie: «Prix, prix, prix»

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Raspe Eric, mercredi 31 août 2022, 12:43

    On a tous compris : prestataire non fiable à éviter.

  • Posté par Z Pour Zorglub , mercredi 31 août 2022, 12:19

    Ça surprend quelqu’un ? Ce n’est que la réponse du crémier à la crémière. De chaque côté, on trouve toutes les excuses pour ne pas respecter les contrats selon l’occasion du moment. La Russie a été empêché de payer une mensualité de sa dette en dollars car cela contrevenair aux sanctions d’accepter des dollars de la Russie. Et comme la dette est en dollars, le créancier évidemment n’accepte pas d’autres monnaies. Déclarer qu’un débiteur fait défaut parce qu’in refuse son paiement tt a fait valide, c’est assez inédit et faux cul. Donc la Russie a tt a fait raison et devrait même arrêter de fournir l’occident en quoique ce soit. Quant à moi, j’irai passer l’hiver ou il fait chaud et je vous regarderais vous geler avec votre soit disant défense de la liberté.

  • Posté par Tamo guillaume, mercredi 31 août 2022, 13:20

    Si vous pouviez vous abstenir de vos commentaires pro russes pendant vos vacances, ça nous ferait déjà une belle économie d'énergie

  • Posté par Petrichor Sassy, mercredi 31 août 2022, 12:06

    Détruisez moi ce pipeline ! Quelle honte ce gaz russe tiré avec les revenus ensanglantés de la guerre.

  • Posté par Bartet Guy, mercredi 31 août 2022, 11:14

    Toutes les 1.000 heures, il faut interrompre pendant trois ou quatre jours ? C'est-à-dire tous les 1,37 mois. Quel taux de disponibilité magnifique !

Aussi en Énergie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une