Accueil Belgique Politique

Jean-Marc Nollet sur les prix de l’énergie: «Ce n’est pas aux citoyens de payer pour le marché néolibéral»

Alors qu’un Comité de concertation est prévu ce mercredi pour faire face à la hausse galopante des prix de l’énergie, le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet s’est exprimé sur les pistes proposées par son parti pour sortir de la crise.

Temps de lecture: 4 min

A quelques heures du Comité de concertation sur la hausse des prix de l’énergie prévu ce mercredi à 15 heures, le coprésident d’Ecolo Jean-Marc Nollet s’est exprimé sur La Première. L’écologiste est revenu sur les deux axes principaux proposés par son parti pour freiner l’augmentation galopante des prix de l’énergie : la protection des citoyens en élargissant et en pérennisant le tarif social, et l’organisation de la solidarité, en taxant les surprofits des entreprises énergétiques pour diminuer la facture des citoyens et des PME. « Le monde politique doit être à la hauteur », a-t-il défendu. « Ce n’est pas aux citoyens de payer pour le marché néolibéral qui dérive totalement ».

Si Jean-Marc Nollet reconnaît que la taxation des surprofits n’est pas chose aisée, juridiquement notamment, il revendique qu’« il y a un chemin ». « La ministre de l’Energie Tinne Van der Straeten a déposé des propositions, qui font aujourd’hui l’unanimité », a-t-il déclaré. Le coprésident écologiste n’a pas voulu se montrer plus précis sur un potentiel calendrier ou la manière dont le tarif social pourrait être élargi.

Une autre priorité du parti écologiste est l’accélération de la transition énergétique. « La question de la facture et la question de la température sont liées. Et derrière elles, il y a l’hydrocarbure ». Jean-Marc Nollet argumente que l’explosion des prix de l’énergie rend particulièrement compétitif tout investissement dans les énergies renouvelables. « Les éoliennes offshore sont les centrales électriques du XXIe siècle. Il n’y a que le MR qui est encore coincé dans le XXe siècle ».

À lire aussi Nouvelle envolée des prix de l’énergie: quelles conséquences pour la facture des Belges?

Concernant son partenaire de coalition, notamment au fédéral et au régional, le coprésident a eu des mots très durs. Accusant Georges-Louis Bouchez de manquer de respect vis-à-vis du Premier ministre Alexander De Croo et des ministres verts, notamment Tinne Van der Straeten (Groen) chargée de l’Energie, il regrette que le président du MR freine des quatre fers en ce qui concerne les mesures de protection et l’accélération de la transition. « Mais le plus important, c’est que ce que fait le gouvernement. Georges-Louis Bouchez aboie, le gouvernement avance », conclut l’écologiste.

À lire aussi L’urgence pour le Codeco énergie: «Prix, prix, prix»

De son côté, Georges-Louis Bouchez, interrogé sur Bel RTL, estime que la priorité est de garantir la sécurité d’approvisionnement. « Il faut prolonger plus de deux réacteurs nucléaires. Il faut ensuite constituer des réserves de gaz. Et enfin le renforcer tout ce qui est renouvelable, dont l’éolien offshore », a-t-il expliqué.

Pas question de taxer les surprofits pour le MR – « ça n’existe pas en économie, ça n’a aucun sens et ce n’est pas objectivable juridiquement » – qui lui préfère une « cotisation spéciale de crise par les producteurs, qui permet une ristourne automatique sur la facture ». « Nous pourrions aller jusqu’à 50-60 % du surcoût de la facture des usagers. »

Pour lui, il faut changer la dynamique de fonctionnement sur le marché européen ; « Le problème, c’est qu’on a dit que le prix de l’électricité serait fixé sur base du prix du gaz. On doit travailler sur cette déconnexion. » A l’heure actuelle, 50 % de l’électricité produite en Belgique vient du nucléaire. « Ce n’est pas normal de tout payer au prix du gaz. »

L’Etat aussi fait des « surgains », grâce à la TVA. « L’Etat doit rendre ces surplus aux consommateurs, aux PME, aux indépendants. Ce sont les grands oubliés du débat alors que c’est ceux qui subissent le plus cette crise. Si on ne les aide pas, on va créer de la récession », conclut-il. « La fameuse sobriété voulue par les écolos, on voit ce que ça donne : ça crée la précarité pour les classes moyennes. Il faut une consommation intelligente, mais pas demander aux gens qui n’ont déjà rien de faire des efforts. »

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

26 Commentaires

  • Posté par Dubois Raymond, samedi 3 septembre 2022, 20:15

    " ce n" est pas aux citoyens de payer pour le marché néolibéral " et pourquoi devrions-nous ACCEPTER les choix de certains politiciens " PAYES par nos impôts "depuis de nombreuses années -???

  • Posté par AL291160, mercredi 31 août 2022, 17:25

    Il serait temps de donner un coup de balai à tous ces profiteurs Déjà, ils sont beaucoup trop payés Et beaucoup ne sont pas compétent Et certains ne sont pas honnête

  • Posté par Giefvan Agathe, mercredi 31 août 2022, 13:28

    "Le marché néolibéral" ça ne veut rien dire, pas plus que le marché socialiste ou écologiste. D'une part il y a le marché, réalité de toute société, même communiste. Puis il y a l'économie de marché, modèle de fonctionnement, rejeté par ceux qui voient derrière l'anonymat du mot le pouvoir des grosses entreprises et de la finance. Surtout quand le politique se dédouane en disant C'est la faute des marchés. – D'autre part il y a les conceptions politico-économiques des partis. Or nos comparses ne rejettent aucun l'économie de marché. Nollet, c'est l'écologie de marché...! Seul le PTB promeut une alternative.

  • Posté par massacry olivier, mercredi 31 août 2022, 20:52

    Parole, parole, parole, hè . Agathe a du rater ses cours d'antropologie économique pour nous affirmé que le < marché> ( késaco) est la réalité de toute société. Qu'elle me décrive donc quel est ce marché disont des Matis d'Amazonie. Notons sa pirouette distinguant le marché de l'économie de marché....là j'avoue être perdu.

  • Posté par dams jean-marie, mercredi 31 août 2022, 11:32

    Ecolo a raté sur toute la ligne les projets qu'ils voulaient imposer, nul besoin d'en faire le résumé. Cette bande d'opportunistes n'est pas écologiste, le nom de leur parti n'en est certainement pas un gage. Aristote ......, Paul Emile Victor, Haroun Tazieff en voila de véritables "écologistes" Le dernier dossier qu'ils ont lamentablement laminé avec la complicité d'autres partis du même acabit : le nucléaire !!! A cause d'eux on a perdu l'avance que nous avions pour la production la moins chère au monde ! En face ils proposent des centrales au gaz !!!! Tout le monde à vélo sans piste cyclable en zone propre que de la peinture au sol comme protection !! Les panneaux de l'autre saisi !! Le comble obliger les gens de changer de voitures par des automobiles électriques aux couts exorbitants avec les mauvais rapports de fabrication, de bornes à installer en masse, la pollution des batteries et privilégier le transport en commun à croire que le métro roule dans les campagnes ! Eux interdisent et exigent mais roulent dans de grosses voitures que nous sommes obligés de payer !!! Alors Ecolo et ses sympathisants je vous exècre !!

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une