Accueil Monde États-Unis

Etats-Unis: pour Trump, la recherche par la justice de documents top secret chez lui est «injustifiée»

Donald Trump a qualifié mercredi « d’injustifiée» la recherche par la justice américaine de documents classifiés conservés chez lui et à l’origine d’une perquisition début août au domicile de l’ancien président.

Temps de lecture: 2 min

Cette perquisition, à l’origine d’une tempête politique, est décrite par les avocats de M. Trump comme «sans précédent, non nécessaire et sans fondement juridique » dans le cadre d’une « recherche injustifiée visant à criminaliser la possession en lieu sûr, par un ancien président, d’archives présidentielles et personnelles ».

Pour ses avocats, les enquêteurs n’auraient pas dû être étonnés de découvrir des documents classifiés au sein d’archives issues de la Maison Blanche, expliquent-ils dans un document judiciaire publié mercredi.

« La prétendue justification de l’ouverture de cette enquête pénale est la découverte supposée d’informations sensibles au sein des quinze boites » de documents issus de la présidence conservés dans la résidence de l’ancien président en Floride et récupérés en janvier par les archives nationales, écrit la défense du milliardaire républicain.

«Mais cette “découverte” aurait dû être anticipée au regard de la nature même des archives présidentielles. Autrement dit, l’idée selon laquelle des archives présidentielles contiennent des informations sensibles n’aurait jamais dû être source d’inquiétude », notent encore les avocats.

Donald Trump défend ainsi sa demande de faire examiner par un expert indépendant les documents saisis chez lui par la police fédérale (FBI) le 8 août. Une audience doit avoir lieu jeudi.

La défense de l’ancien président répond, avec ce document, à un acte de procédure publié dans la nuit de mardi à mercredi par le ministère américain de la Justice, qui explique de la manière la plus détaillée à ce jour les motifs de la perquisition.

Les enquêteurs fédéraux estiment que des documents top secret saisis dans la résidence de Mar-a-Lago, en Floride, ont été « probablement cachés » pour entraver l’enquête de la police fédérale le visant.

 

À lire aussi Les agents du renseignement menacés par le vol de documents secrets par Donald Trump

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par MARTIN ROLAND, jeudi 1 septembre 2022, 10:00

    The sore tramp, l'idole de peeters, c'est tout dire ...

  • Posté par Rabozee Michel, jeudi 1 septembre 2022, 9:06

    De toute façon, pour un criminel, quel qu'il soit, la justice est toujours injuste ("je n'ai rien fait, M. ou Mme le juge")

  • Posté par MARTIN ROLAND, jeudi 1 septembre 2022, 10:45

    En plus d'être un criminel et cinglé , ce manipulateur est dangereux pour l'esprit démocratique : sa place est dans une prison ou un asile psychiatrique.

  • Posté par Van Obberghen Paul, jeudi 1 septembre 2022, 8:49

    « recherche injustifiée visant à criminaliser la possession en lieu sûr, par un ancien président, d’archives présidentielles et personnelles » La possession d'archives présidentielles par n'importe qui, y compris donc par un ancien président, qu'elles soient confidentielles ou pas, EST un crime d'après la loi américaine, passible de plusieurs années de prison. Ces documents appartiennent au Peuple Américain et DOIVENT être stockés aux Archives Nationales. Par ailleurs, Mar-a-Lago, la résidence de Donald Trump n'est PAS un lieu sûr, a fortiori pour ce qui est des documents classifiés, et n'est PAS une annexe officielle des Archives Nationales. Le DOJ a confirmé par ailleurs, qu'une petite partie de ces documents sont possiblement des documents personnels de Donald Trump qui lui seront retournés.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 1 septembre 2022, 12:14

    Merci de nous éclairer une fois encore M. Van Obberghen. Le plus grand souci, maintenant, ce ne sont pas les motivations juridiques, mais la nécessité que la justice saute enfin le rubicon et fasse son travail. Ici, par frousse des émeutes ou des réactions des plus radicaux au sein des Républicains, on tergiverse, on n'ose pas, on a les chocottes. D'autres juges à travers le monde ont fait preuve de plus de courage pour fait primer le droit sur la violence.

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une