Accueil Guerre en Ukraine

Human Rights Watch accuse les Russes de transférer de force des civils ukrainiens vers la Russie

L’ONG de défense des droits humains Human Rights Watch a accusé ce jeudi les forces russes de transférer de force des civils vers les régions occupées ou en Russie. Ces transferts seraient constitutifs de « crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité ».

Temps de lecture: 3 min

Les forces russes et leurs alliées transfèrent de force des civils ukrainiens, y compris ceux qui fuient les combats, vers la Russie ou des régions ukrainiennes occupées, accuse jeudi Human Rights Watch dans un nouveau rapport. Au long de 71 pages, l’ONG de défense des droits humains documente ces transferts forcés, « grave violation des lois de la guerre et (…) constitutifs de crimes de guerre et de possibles crimes contre l’humanité ».

« Les lois de la guerre interdisent aux forces russes ou affiliées à la Russie de forcer des civils ukrainiens, individuellement ou en masse, à être évacués vers la Russie », rappelle HRW. « Le transfert ou le déplacement de civils ne peut pas être considéré comme légal ou justifié en vertu de motifs humanitaires, si la crise humanitaire qui déclenche le déplacement est elle-même le résultat d’une activité illégale de la part de la puissance occupante. »

Selon les médias russes, à la mi-août, plus de 3,4 millions d’Ukrainiens, dont 555.000 enfants, étaient entrés en Russie depuis l’Ukraine, rappelle HRW, selon laquelle beaucoup d’entre eux ont été « déplacés et transportés en Russie d’une manière et dans un contexte qui en font des transferts forcés illégaux ».

Un processus de « filtrage » abusif

Human Rights Watch accuse également les autorités russes ou affiliées à la Russie de soumettre « des milliers de citoyens ukrainiens à un processus de contrôle d’identité obligatoire, punitif et abusif appelé ’filtrage’».

Selon l’ONG, des milliers d’habitants de la région de Marioupol ont dû fournir aux autorités russes (ou affiliées) leurs données biométriques – dont leurs empreintes digitales et des photos numérisées de leur visage –, ont subi des fouilles au corps, ont dû répondre à des questions sur leurs opinions politiques… ce qui « constitue une violation du droit au respect de la vie privée », pointe Human Rights Watch.

En cas d’échec au filtrage, « apparemment à cause de liens présumés avec l’armée ukrainienne ou avec des organisations nationalistes », les personnes étaient envoyées en détention dans les régions contrôlées par la Russie, affirme HRW.

Pour établir ces accusations, l’ONG s’est entretenue avec 54 personnes, qui sont allées en Russie, ont subi le filtrage, avaient des proches transférés en Russie, ou aidaient des Ukrainiens à quitter la Russie. La majorité avait fui Marioupol, certaines venaient de Kharkiv. HRW s’est aussi entretenue avec des dizaines de civils de la région de Marioupol qui ont réussi à rejoindre un territoire sous contrôle ukrainien, sans subir le filtrage.

L’ONG de défense des droits humains a averti le gouvernement russe le 5 juillet de ses conclusions et questions, sans réponse.

À lire aussi Guerre en Ukraine: l’accablant journal de guerre d’un militaire russe

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Z Pour Zorglub , dimanche 4 septembre 2022, 2:49

    Pour info, l'un de nos amis , M. Roland Martin (si ce n'est lui c'est donc son frère), est passé sur RTBF l'autre jour. Il avait oublié d'enlever des murs de son joli salon le drapeau du «Corps franc Wallonie», la 28e division SS «Wallonie» bien connue pour avoir combattu en Ukraine avec ses copains nazis en 42 . A nos amis Stordiau, Smyers, Roland Martin, c'était bien le FrontNacht cette année ?

  • Posté par Smyers Jean-pierre, dimanche 4 septembre 2022, 18:17

    À 02:49, vous me sembliez bien imbibé, Z comme Zotteke.

  • Posté par BEKE Eric, jeudi 1 septembre 2022, 12:07

    C'est forcément à partir de régions occupées qu'ont lieu ces transferts...

  • Posté par Van Ars Odette, jeudi 1 septembre 2022, 11:36

    En s'alignant, aveuglement sur la position strictement économique des usa (abattre la Russie économiquement sous prétexte de la défense de la démocratie...il est clair, en effet, que les usa ont défendu la démocratie en Irak, au Vietnam, au Chili,...), l'union européenne va faire payer à ses citoyens son irresponsabilité ! Il convient d'espérer que les Italiens, par leurs votes, expulseront les partis néolibéraux de la vie politique italienne voire européenne et détruiront cette union européenne, qui sous couvert de la défense des valeurs démocratiques, n'est en réalité qu'une union financière des multinationales imposant une société financière totalitaire !

  • Posté par Smyers Jean-pierre, jeudi 1 septembre 2022, 18:04

    Et pourtant, M. Lecocq, Mme Van Ars a clairement dit récemment qu'elle souhaitait une chose, l'arrivée au pouvoir des trois partis de droite extrême, et qu'elle n'avait qu'un désir, voir Mme Meloni devenir première Ministre. Donc, cela a le goût, l'odeur, la couleur (brune) de discours crypto-communistes, mais ce sont bel et bien des souhaits de fascisme.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Guerre en Ukraine

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une