Accueil Société

Des cellules reconstituées «in vitro» pour mieux comprendre la genèse de la vie

Une équipe de biologistes de la KULeuven a réussi à générer en laboratoire un nouveau type de cellule humaine, à l’aide de cellules-souches. Cette découverte ouvre la voie à une meilleure compréhension du développement embryonnaire, mais aussi du risque de fausse couche.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

Vous ne créez pas un nouveau type de cellule humaine tous les jours », se félicite le professeur Vincent Pasque, dont l’équipe a réussi à fabriquer, à partir de cellules-souches, des cellules de mésoderme extra-embryonnaire, qui ressemblent à leurs homologues naturels dans les embryons humains précoces. Les résultats, publiés ce jeudi dans la revue Cell Stem Cell, ouvrent la voie à une meilleure compréhension de ce qui se passe juste après l’implantation d’un embryon dans l’utérus.

Pour des raisons évidentes de bioéthique, le développement embryonnaire humain est aussi sacré que secret. Pour mieux comprendre la genèse de la vie, les scientifiques ont donc développé des modèles de cellules-souches pour différents types de cellules embryonnaires afin d’étudier le développement humain en laboratoire.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs