Accueil Monde États-Unis

Joe Biden, avec une virulence rare, dénonce l’«extrémisme» de Trump

En meeting à Philadelphie, Joe Biden a dénoncé jeudi « l’extrémisme » de Donald Trump et de ses partisans. Dans son discours au pied de l’Independence Hall, il a reproché à l’ancien président d’ébranler les « fondations » de la démocratie américaine.

Temps de lecture: 4 min

Joe Biden, dans une rare attaque directe de son prédécesseur républicain, a dénoncé jeudi l’« extrémisme » de Donald Trump et de ses partisans, leur reprochant d’ébranler les « fondations » de la démocratie américaine, depuis la ville qui en fut le berceau.

A Philadelphie, il a clamé : « Donald Trump et les “républicains Maga” représentent un extrémisme qui menace les fondations mêmes de notre République. »

L’ancien président et ceux qui souscrivent à son idéologie « Make America Great Again », « ne respectent pas la Constitution. Ils ne croient pas à l’Etat de droit. Ils ne reconnaissent pas la volonté du peuple », a martelé le président démocrate.

La Maison-Blanche, qui avait promis un discours « majeur » sur l’« âme » de l’Amérique, n’a pas lésiné sur la scénographie.

Joe Biden a parlé au pied de l’« Independence Hall », où furent adoptées la Déclaration d’indépendance et la Constitution américaine. Derrière lui, sur un mur en partie éclairé de rouge sang, se détachaient les silhouettes immobiles de deux militaires en grande tenue.

Donald Trump, dans une réaction énigmatique, a publié sur son réseau social Truth une image de Joe Biden brandissant les deux poings dans ce décor frappant, en la flanquant d’une photo de lui-même en train d’embrasser un drapeau américain.

Le démocrate, qui avait tenu à Philadelphie son premier meeting de candidat à la présidentielle, sait bien que l’Etat où la ville se trouve, la Pennsylvanie, détient peut-être la clé des élections législatives de novembre. Et donc de la suite de son mandat.

Le chef de file des démocrates a voulu dramatiser ce scrutin, traditionnellement défavorable au parti qui tient la Maison-Blanche, pour en faire ni plus ni moins qu’un référendum sur Donald Trump et ses idées. Les représentants de la droite radicale « applaudissent la colère. Ils se nourrissent du chaos. Ils ne vivent pas dans la lumière de la vérité, mais à l’ombre des mensonges », a encore scandé le président de 79 ans.

« Fuck Joe Biden »

Joe Biden avait déjà entonné pendant sa campagne le refrain sur la « bataille » à mener pour « l’âme de l’Amérique », mais sur un air plus doux : celui de la réconciliation et des appels à l’unité.

Longtemps, cet ancien sénateur, vieux routier de la politique, a chanté les vertus de la coopération avec les Républicains de bonne volonté. Jeudi soir, le ton a nettement changé.

« Tous les Républicains n’adhèrent pas à cette idéologie extrême », a-t-il certes reconnu, mais pour mieux décocher ensuite cette flèche : « Il ne fait aucun doute que le parti républicain d’aujourd’hui est dominé, entraîné et intimidé par Donald Trump » et ses partisans.

Dénonçant les attaques persistantes et infondées du milliardaire contre la validité de l’élection de 2024, Joe Biden a lâché : « Vous ne pouvez pas aimer votre pays seulement quand vous gagnez. »

Quand pendant son discours, un groupe d’opposants réunis à proximité ont lancé en chœur « Fuck Joe Biden », il a rétorqué : « Ils ont le droit de s’indigner. C’est la démocratie. » En ne résistant toutefois pas à la tentation d’une pique : « Ils n’ont jamais été étouffés par les bonnes manières. »

Sondages

Selon un sondage publié jeudi par le Wall Street Journal, si les législatives de mi-mandat avaient lieu aujourd’hui, 47 % des électeurs voteraient Démocrate, et 44 % Républicain.

La droite avait encore une avance de 5 points en mars. Les Démocrates se prennent à rêver d’un exploit lors de ce scrutin qui renouvelle toute la Chambre des représentants et un tiers du Sénat. Les enquêtes d’opinion ne sont pas infaillibles et, dans la vie politique américaine, deux mois, c’est une éternité.

Mais le débat politique s’est déplacé depuis le début de l’été, abandonnant les sujets économiques pour venir sur le terrain du droit à l’avortement, des acquis de société, des inquiétudes sur la démocratie – autant de thèmes porteurs pour les Démocrates.

Dans leurs premières réactions jeudi, les Républicains ont accusé Joe Biden d’attiser les divisions et ont tenté de revenir à des problématiques qui leur sont plus favorables.

« Tout va bien pour l’âme de l’Amérique. Les Américains souffrent à cause de votre politique. L’inflation rampante. La criminalité hors de contrôle. La montée du terrorisme. Les frontières détruites. Arrêtez vos sermons », a réagi le sénateur Lindsey Graham, fidèle de Donald Trump.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Van Obberghen Paul, vendredi 2 septembre 2022, 9:16

    L'ironie de toute cette histoire, est que si les Républicains ne suivaient pas aveuglément Donald Trump, à qui ils vouent désormais un culte qui est en directe contradiction avec les principes fondamentaux du Républicanisme, ils emporteraient ces élections de mi-mandat haut la main, aussi bien au Sénat qu'à la Chambre. Mais sur le fond, il est clair qu'il y a aux Etats-Unis une forte hausse du nationalisme chrétien blanc qui, même minoritaire, risque bien de plonger le pays dans une nouvelle guerre civile. En bref, Joe Biden a eu tord d'utiliser le terme "semi-fascisme". En effet, "semi" est en trop. Mais que les Démocrates fassent bien attention de ne pas tomber dans l'excès contraire du "wokisme" que les Américains rejetent incontestablement.

Sur le même sujet

Aussi en USA

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une