Accueil Sports Football Football belge Anderlecht

Transcendé en Europe, à l’arrêt en D1A: l’ascenseur émotionnel d’Anderlecht

Le football est un sport qui va vite, surtout au niveau des émotions. Transcendé après sa qualification européenne, Anderlecht est à l’arrêt en D1A. Pour retrouver le sourire, la victoire est nécessaire contre Louvain…

Temps de lecture: 3 min

Nous sommes le 25 août. La liesse s’empare du stade d’Anderlecht à tous les niveaux. Dans les loges, les gradins et surtout sur le terrain. Une défaite n’a jamais été aussi bien vécue au sein de l’une des plus grandes institutions belges, parce que la bande à Mazzù vient de décrocher son ticket pour la phase de poules de la Conference League. « C’est un grand soir pour nous car nous retrouvons les soirées européennes ». Le club plane et tout le monde se dit qu’il va s’envoler en Pro League… Une semaine plus tard, c’est la soupe à la grimace. En cause, un nouveau revers, subi contre Gand dans la foulée de celui encaissé du côté de l’Union. Anderlecht connaît un sérieux coup d’arrêt en championnat et se trouve dans le ventre mou d’un classement qu’il sait éphémère, nullement dramatique mais tout de même interpellant. Neuf unités depuis l’ouverture de la compétition, soit la moitié du leader anversois, de quoi commencer à voir poindre des doutes et de l’incompréhension au sein des supporters. Ceux qui viennent de vivre un fameux ascenseur émotionnel et qui espèrent que leurs idoles vont en revenir aux bases contre Louvain, une formation qui fait plus que se défendre, tant au niveau des points que du jeu.

Manque d’efficacité

En parlant de combinaisons, celles proposées par les gars de la capitale manquent de constance. Parfois déroutants, souvent intéressants, les Anderlechtois manquent encore d’efficacité, comme lors de leur affrontement avec des Buffalos pas forcément plus fringants mais chirurgicaux. « Il faut se libérer davantage », martèle le mentor d’un groupe qui se cherche et qui attend que Fabio Silva ne le porte. Quand l’attaquant n’est pas dans un grand jour, c’est tout le château de cartes qui balbutie son football. C’est donc au niveau du collectif qu’il faudra afficher un visage plus convaincant. Quand les Louvanistes sont venus dicter leur loi sur le terrain du Standard, c’est avec des termes comme cohésion et collectivité dans leurs rangs. Une remarque qui vaut aussi pour leur revers face à un Club de Bruges pas encore en mode machine mais complémentaire aux quatre coins du terrain. Pour éviter de vivre une descente encore plus vertigineuse au niveau émotionnel, Anderlecht doit en revenir aux bases, sans trop parler ni chercher à être beau. Juste efficace, pour éviter un revers qui, cette fois, verrait la crise prendre le dessus sur toute autre forme d’émotion…

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Anderlecht

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

SoSoir Voir les articles de SoSoir VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb