Accueil Monde Europe

Avion «fantôme»: l’appareil qui s’est écrasé appartient à une riche famille allemande

L’avion « fantôme » qui s’est écrasé en mer Baltique ce dimanche appartiendrait à une riche famille allemande, à bord lors de l’accident. Un problème de pressurisation serait à l’origine du drame.

Temps de lecture: 2 min

Un avion biréacteur de 8 places en provenance d’Espagne s’est écrasé dimanche en mer Baltique, au large des côtes lettonnes, après une longue absence de contact radio, a annoncé l’armée de l’Air française dans un communiqué. Selon Het Laatste Nieuws, Un problème de pressurisation de la cabine aurait pu faire perdre connaissance aux passagers, tandis que l’avion continuait de voler jusqu’à être à cours de carburant.

L’appareil appartenait à un homme d’affaires allemand de 72 ans, Peter Griesemann, probablement aux commandes lors du vol mystère. A bord, il s’agirait de sa femme de 68 ans, de sa fille de 26 ans et du petit ami de cette dernière. L’homme d’affaires est à la tête d’une société ingénierie, impliquée dans la maintenance et la construction d’installations industrielles. Il gère également une société de location de jets privés.

Selon un journal espagnol, la famille vivait sur la Costa de la Luz, en Espagne, à Zahara de los Atunes. Ils faisaient régulièrement le trajet vers Cologne à bord de l’appareil, piloté par Peter Griesemann. Le petit avion Cessna 551 a décollé du sud de l’Espagne hier, avant de signaler peu de temps après des problèmes de pression dans la cabine. L’avion a perdu le contact avec la tour de contrôle un peu plus tard.

Un vol chahuté

Plusieurs pilotes de chasse espagnols, français, allemand ou danois ont décollé, pour tenter d’entrer en contact avec les membres présents dans l’appareil, sans succès. L’appareil aurait changé plusieurs fois de trajectoire, d’abord au-dessus de Paris puis au-dessus de Cologne. L’avion aurait également survolé les espaces aériens du Luxembourg et de la Belgique. A 19h37, les sites de suivi indiquent que l’appareil perd de l’attitude pour disparaître des radars a 19h44, quelques minutes plus tard.

Selon Peteris Subbota, le chef du service de secours de Lettonie, une zone de six kilomètres sur six est actuellement fouillée. La mer Baltique est d’environ 60 mètres de profondeur à cet endroit.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Darquennes Michel , lundi 5 septembre 2022, 13:45

    Étrange

  • Posté par Lecocq Jean-Louis, lundi 5 septembre 2022, 14:18

    C'est déjà arrivé à un avion de ligne grec il y a quelques années. Les pilotes de chasse pouvaient apercevoir les pilotes évanouis, l'issue a été fatale également. Il faut savoir qu'en cas de dépressurisation rapide ou de dysfonctionnement de la pressurisation, la PPO² (pression partielle d'oxygène) chute très rapidement, au point d'être insuffisante por notre métabolisme. On n'a que quelques secondes pour mettre un masque, après quoi c'est la perte de connaissance, très rapide.

Aussi en Europe

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une