Accueil Économie Consommation

Fabrizio Bucella: «L’agriculteur wallon gagnera plus d’argent en plantant de la vigne que de la patate»

Le vin a traversé 7.000 ans de crises, ce n’est pas aujourd’hui que l’affaire va s’arrêter, commente Fabrizio Bucella, le physicien œnologue (ULB). Dans ce marché bousculé par la crise climatique, la terre wallonne n’a rien d’une blague belge.

Article réservé aux abonnés
Responsable du pôle Multimédias Temps de lecture: 7 min

Les vins produits en Belgique (soit près de 2 millions de litres par an) représentent moins de 1 % de la consommation locale. Pour autant, le vin belge, et singulièrement wallon, n’a rien d’une blague. Pour Fabrizio Bucella, professeur à l’ULB et Sciences po à Lille, mais surtout une référence dans le monde vinicole, la terre wallonne a des atouts à faire valoir dans un monde culturellement dominé par la France.

Parler du vin, dans un contexte de crise (climatique, sanitaire, énergétique, ukrainienne, pouvoir d’achat…), ce n’est pas indécent ? Il occupe toujours une place de choix dans nos vies ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Draye Jean-Pierre, mardi 6 septembre 2022, 15:08

    Espérons-le.

  • Posté par Lefèvre Philippe, lundi 5 septembre 2022, 18:22

    Pas si simple ! Les agriculteurs qui se sont lancés dans le bio local le savent bien. Leurs clients les quittent pour acheter des produits peu chères de l'agriculture classique. Par exemple, le lait bio est déclassé et mélangé au lait industriel. Le consommateur wallon acceptera de payer deux fois plus cher que pour un vin équivalent ? Cette culture demande beaucoup de main d'oeuvre. Elle est chère ici et il sera difficile de concurrencer la Bulgarie, la Roumanie... En outre, la viticulture demande des investissements énormes, vu la spécificité du matériel. Par exemple, le domaine Rufus pour atteindre une qualité internationale, a investi 10 millions d'euros. Il faut aussi 7 à 8 ans pour que la vigne produise du raisin de qualité. En résumé, le risque est très important. Il est moins risqué d'essayer une nouvelle culture, blé dur, sorgho, lentille ... En cas d'échec, l'agriculteur ne perd qu'un an et l'investissement en matériel est très limité.

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs