Accueil Culture

Benjamin Biolay, «Saint-Clair» ****

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 1 min

Polydor-Universal.

Dès Les joues roses (tes jolis seins/ tes cuisses lisses), on est dans le bain rock d’un Biolay inspiré Strokes. Et puis il y a le funk des Lumières de la ville, les ballades, les slows, les violons, les cuivres… Tout Biolay est là ! Parlant de façon fictionnelle de ses amours, de la fin de l’été, du temps qui passe, entre Sète, Paris et Deauville. En dix-sept étapes, on valse entre fugues sentimentales et on est touché par tant de maîtrise et d’aisance. Entre Santa Clara, sainte Rita et saint Clair, Benjamin est sous bonne protection. Définitivement !

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs