Accueil Société

Semences résistantes, forages, stockages d’eau de pluie,… comment les infrastructures sportives gèrent la sécheresse (sans abuser)

Conscients d’être scrutés par l’opinion publique, nombre de clubs prennent les devant pour adapter leur gestion de l’eau.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 4 min

Des pelouses douillettes sous les crampons, des golfs encore verts, du bitume arrosé pour le confort des coureurs… en pleine sécheresse ?! Les polémiques autour de l’usage de l’eau par les infrastructures sportives – en particulier les golfs et clubs de foot professionnels, bénéficiant de dérogations aux restrictions imposées – ont rythmé l’été outre-Quiévrain, augurant parfois de « la guerre de l’eau » que le réchauffement climatique risque d’imposer dans certaines régions. En Belgique, où les restrictions, de plus en plus nombreuses, n’ont été décidées qu’au niveau local à ce stade, ce genre de dérogations ne devraient a priori pas être accordées, en tout cas pas pour les golfs, classés parmi les activités « non essentielles » (le gouvernement wallon planche actuelle sur un décret cadrant les futures restrictions).

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vanloo , lundi 5 septembre 2022, 20:37

    Si le football disparait, ce n'est cela qui empêchera la Terre de tourner, cette activité n'a rien d'essentiel

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs