Accueil Belgique Politique

Sobriété énergétique: «Les hommes politiques craignent de passer pour des belles-mères»

Pour le politologue Dave Sinardet, plutôt que d’en appeler clairement à la sobriété énergétique, les hommes politiques escomptent que les prix élevés induiront d’eux-mêmes des changements de comportements…

Article réservé aux abonnés
Chef du service Forum Temps de lecture: 4 min

Alors que la plupart des dirigeants européens n’ont plus que le mot « sobriété (énergétique) » à la bouche, chez nous, la classe politique semble rechigner à l’employer. Comment expliquer ces réserves, cette frilosité ? Nous avons posé la question au politologue Dave Sinardet, professeur à la VUB.

Partagez-vous cette impression que nos hommes politiques n’aiment guère évoquer des mesures environnementales astreignantes ?

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

10 Commentaires

  • Posté par Chalet Alain, jeudi 8 septembre 2022, 12:30

    Le prix est le meilleur incitant à faire des économies. Et chacun choisira de quelle façon il les fait.

  • Posté par Weissenberg André, mercredi 7 septembre 2022, 9:53

    La bien mal "sobriété énergétique" est juste une illusion de plus! De la même manière que ce sont souvent les derniers cm ou le petit raccord qui sont les plus coûteux (ex: les nouvelles normes de construction ZEN et passives ...), mettre en œuvre la pseudo sobriété énergétique peut coûter cher pour pas grand-chose comme résultat effectif! Chez la plupart d'entre nous, l'effort principal a déjà été effectué depuis longtemps. Ainsi, cela fait plus de 15 ans que je ne suis plus éclairé que par des ampoules LED et que partout où c'était possible, j'ai intercalé un bloc multiprise avec un interrupteur lumineux et un timer électronique sur la prise de ma chaudière à condensation au gaz, qui ne chauffe l'eau que quand la maison est effectivement occupée. Suivre les injonctions des pastèques à diminuer son confort me rappelle furieusement les expériences où, pour démontrer le peu d'esprit critique dont nous faisons preuve, un quidam se retrouvait affublé d'un tablier blanc et qualifié d'"expert" en qqch et nous recommandait de faire du grand n'importe quoi soi-disant pour notre bien. Ex: avaler un produit indéterminé dont il était prétendu qu'il accomplissait des miracles. Du charlatanisme pur, en somme. Il en va de même ici, avec la sobriété énergétique qu'on voudrait nous inciter à pratiquer, avant, sans doute, de chercher à nous l'imposer. En général, il suffit en effet d'ajouter un seul équipement électrique pour faire s'envoler plus que le gain réalisé au bout de tant d'efforts - et de coûts ! Pour faire bref: le jeu n'en vaut pas la chandelle! Pensez plutôt à passer à la pompe à chaleur si votre installation au mazout ou au gaz a plus de dix ans, pensez plutôt à refaire votre toiture ou à changer vos châssis. Là, vous ferez de véritables économies et réaliserez de sérieux gains par rapport à votre consommation énergétique actuelle.

  • Posté par Tamo guillaume, jeudi 8 septembre 2022, 8:30

    A voir le nombre de parents qui déposent quotidiennement leurs enfants devant les portes des écoles alors que des solutions raisonnable et alternatives existent, je reste convaincu qu'il y a de belles marges pour réduire la consommation énergétique. Quand à vos solutions techniques, elles sont certes intéressantes mais inadaptées à une grande majorité du bâti actuel (une pompe à chaleur nécessite pour être rentable un bâtiment particulièrement isolé... ce qui n'est pas le cas actuellement faute de moyens financiers, techniques et de main d'oeuvre. Enfin, faire croire que les marchés seraient insensibles à une diminution significative de la consommation me fait également bien rire.

  • Posté par Weissenberg André, mercredi 7 septembre 2022, 10:05

    Tiens, le meilleur exemple de geste contre-productif et aux conséquences potentiellement désastreuses est cette idée saugrenue de baisser la température de fonctionnement de son boiler d'eau chaude ! Juste de quoi choper la légionellose !

  • Posté par Tamo guillaume, mardi 6 septembre 2022, 22:33

    @Lecocq Jean-Louis Attribuer la responsabilité de la crise actuelle à ceux dont vous pensez est à mourir de rire. Pour votre info, les centrales nucléaires belges tournent actuellement à plein pot et son propriétaire engrange des bénéfices jamais atteints ses 30 dernières années. Le nucléaire ne permettra pas par ailleurs à court terme de remplacer le gaz là où celui-ci est indispensable. La meilleure solution reste donc d'adopter dans les prochains mois un comportement visant à limiter la consommation d'énergie afin d'infléchir les marchés.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs