Accueil Sports Cyclisme Route

Humeur: à la Vuelta, le sprint des tweets peut être fatal...

Sur les réseaux sociaux, c’est aussi la course. Pas la course cycliste mais le sprint pour le premier qui dira une énormité.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

Parmi les suiveurs qui hantent cet agglomérat de stupidités, il en existe ainsi quantité non négligeable, capables de transformer une épreuve en thriller ou en une mauvaise (pléonasme) émission de télé-réalité. Ainsi, mardi, Remco Evenepoel a délibérément feint une crevaison, alors que Roglic était parti devant (avant ou après, personne ne le saura un jour). On imagine le maillot rouge, filmé en permanence, tirer un cure-dents de son cuissard pour percer sa roue arrière, s’arrêter et appeler sa voiture pour changer de vélo. Diabolique ! Comme le temps presse et qu’on « tweet » d’un mouvement subtil de l’index, la glissade est inévitable, comme pour Roglic à Tomares.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Route

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs