Accueil Sports Cyclisme

Vuelta: ce que doit craindre Remco Evenepoel ce jeudi

L’abandon de Roglic est un coup dur. Il débarrasse toutefois le maillot rouge d’un adversaire qui aurait défendu ses chances jusqu’au bout. Le Belge ne tolère cependant aucune forme de décompression.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Sports Temps de lecture: 5 min

Parmi les forêts de chênes qui entourent Aracena, la capitale mondiale du jamon iberico, produit du porc nourri aux glands d’exception, le peloton erra la tête sous le casque, un peu secoué par l’abandon du patron incontesté de la Vuelta depuis trois ans. Le capitaine Primoz Roglic avait dû quitter la caravelle dans l’impossibilité de surmonter des blessures incommodantes pour affronter la phase cruciale de la course.

Cette première des quatre étapes de moyenne montagne, qui pouvait inspirer le Slovène dans sa course contre-la-montre derrière une quatrième victoire d’affilée, eut donc moins de saveur, du coup, même pour Remco Evenepoel, privé d’un adversaire qu’il apprécie. Ce n’est pas la première fois que le Belge dit son admiration en public à l’égard d’un coureur auquel il ressemble finalement à certains égards.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs