Accueil Opinions Éditos

Et soudain, un noir frisson parcourt le monde…

La mort d’Elizabeth II ne changera pas la face du monde, mais elle met sa fragilité à nu.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

Seigneur, fais que les nations voient que les hommes devraient être frères et former une famille qui couvre le monde entier. God save the queen. » Alors que les Britanniques pleurent leur Reine, fille, mère, grand-mère et enfin arrière-grand-mère de tout un peuple, le monde, lui, a le cœur qui se serre et ne peut s’empêcher de voir dans la mort de cette « Queen » planétaire le présage, le symbole, l’incarnation – qui le sait ? – d’un basculement redouté, mais peut-être jamais aussi concrètement ressenti. Les hommes tous frères ? Nous en sommes, hélas, ces temps-ci très éloignés.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Moriaux Raymond, vendredi 9 septembre 2022, 8:15

    Le titre n'est-il pas extrait du discours de Churchill prononcé à l'occasion du décès du père d'Élisabeth, le Roi Georges VI ?

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs