Accueil Société

Elizabeth II, une figure rassurante incarnant la «grand-mère de la nation»

Parole d’Anglais, le style de la reine Elizabeth II est celui de la « grand-mère de la nation ». La monarque et les médias ont créé l’image d’une « famille nationale » autour de la figure stable et idéale de la grand-mère. Une image rassurante qui résonne d’autant plus en période d’incertitudes et de deuil.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 5 min

C’est comme si on avait perdu notre grand-mère »… Les Anglais pleurent leur reine, et le même qualificatif revient en boucle, dans la bouche de badauds rassemblés en masse devant Buckingham Palace au chanteur Mick Jagger qui s’exprime sur Twitter, jusqu’à Frédéric Mitterrand sur les plateaux TV : Elizabeth était la grand-mère de la nation anglaise. Après 70 ans de règne, la souveraine britannique laisse un peuple orphelin. Roc, icône, symbole d’une époque, incarnation d’un pays, la reine était aussi, pour beaucoup d’Anglais, comme un membre de leur propre famille.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Le Maigat Damien, samedi 10 septembre 2022, 12:42

    Elle était surtout la marraine d’une organisation familiale mafieuse appelée ‘the Firm’ qui se goberge sur le dos des Britanniques depuis des siècles tout en amusant la galerie avec leurs frasques dignes d’une télé-réalité. Les Windsor : les Kardashian avec une couronne sur la tête. Lady Dy, marionnette manipulée du début à la fin par the Firm, doit se retourner dans sa tombe en voyant qu’on fait une sainte de celle qui n’a pas bronché lors de sa mort (alors qu’elle n’avait pas oublié de verser qques larmes quand elle a dû vendre son yacht, comme quoi elle avait tout de même des émotions…). Et dire qu’on n’en a pas fini avec ce Barnum obscène…

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs