Accueil Culture Cinéma

«All The Beauty And The Bloodshed» de Laura Poitras remporte le Lion d’or à Venise

La 79e édition du festival vénitien s’est achevée ce samedi, couronnant des récits nouveaux. Quitte à mettre un peu de côté les grandes stars hollywoodiennes.

Journaliste au service Culture Temps de lecture: 4 min

Des voix singulières, puissantes. Des destins différents. Des propositions artistiques. Temps fort de la rentrée cinématographique, la 79e édition de la Mostra a réjoui par la variété de ses propositions, et par sa volonté de permettre à des récits nouveaux d’être présentés et exposés. Même s’il a peut-être moins provoqué de coups de cœur que ces dernières années. « Ce programme est plus varié que d’habitude », promettait d’ailleurs Alberto Barbera en préambule du festival. « Il met cote à cote des réalisateurs établis et de jeunes talents qui aspirent à une reconnaissance internationale. Ce qui prévaut, c’est que le cinéma veut encore essayer d’explorer des chemins de pensées, les grands thèmes et les grandes questions, les relations profondes qui lient les gens les uns aux autres, la puissance des sentiments et de la mémoire et la capacité de pousser son regard au-delà l’horizon du présent. »

Et c’est cette différence, cette exploration de nouveaux chemins de pensées qui ont été pleinement privilégiées par le jury, composé d’Audrey Diwan (Lion d’or l’an dernier pour L’événement), Leonardo Di Costanzo, Mariano Cohn, Rodrigo Sorogoyen, Leila Hatami et Kazuo Ishiguro, sous la présidence de Julianne Moore. Sur la plus haute marche du podium, All The Beauty And The Bloodshed de Laura Poitras, documentaire radical se dessinant autour de la photographe Nan Goldin et de son combat contre la famille Sackler, possédant l’entreprise vendant l’OxyContin, un puissant anti-douleur provoquant addiction et décès.

Primée aussi, la Française Alice Diop, Grand Prix du jury pour Saint Omer, une des sensations de cette Mostra. Un film inspiré d’événements vrais qui raconte le procès d’une jeune femme d’origine sénégalaise ayant tué son enfant mais se clamant innocente. Un récit dépouillé, porté par la puissance des mots et par la vision de sa réalisatrice.

Si on l’espérait peut-être plus haut sur le podium, l’Iranien Jafar Panahi, emprisonné depuis le 11 juillet dernier, reçoit le Prix spécial du jury pour No Bears, un film où il réinvente le cinéma avec intelligence et subtilité pour interroger la société et mettre son destin en perspective. Luca Guadagnino (Call me by your name) repart quant à lui avec le Lion d’argent du meilleur réalisateur pour Bones and All, une romance adolescente sur fond de cannibalisme. Martin McDonagh reçoit le Prix du meilleur scénario pour The Banshees of Inisherin.

Le reste du palmarès est mérité mais peu aventureux. Deux grandes stars ont ainsi été primées du côté des acteurs : Cate Blanchett pour son rôle de cheffe d’orchestre tyrannique et torturée dans Tár de Todd Field, Colin Farrell pour le savoureux The Banshees of Inisherin de Martin McDonagh (aussi prix du meilleur scénario) où il retrouve Brendan Gleeson. Des prix évidemment justifiés, mais un palmarès oubliant de petites pépites comme Monica d’Andrea Pallaoro avec la poignante et très juste Trace Lysette (Transparent, Hustlers) dans son premier grand rôle. Et mettant totalement de côté les films produits par Netflix, pourtant présents en force cette année avec White Noise de Noah Baumbach, Bardo d’Alejandro González Iñárritu, Blonde d’Andrew Dominik (qui aurait mérité de se distinguer) et Athena de Romain Gavras.

Les principaux prix du palmarès :

Lion d’or du meilleur film All The Beauty And The Bloodshed de Laura Poitras

Grand Prix du jury Alice Diop pour Saint-Omer

Lion d’argent du meilleur réalisateur Luca Guadagnino pour Bones and All

Coppa Volpi du meilleur acteur Colin Farrell pour The Banshees of Inisherin de Martin McDonagh

Coppa Volpi de la meilleure actrice Cate Blanchett pour Tár de Todd Field

Meilleur scénario Martin McDonagh pour The Banshees of Inisherin

Prix spécial du jury No Bears de Jafar Panahi

Prix « Marcello Mastroianni » de la révélation Taylor Russell pour Bones and All de Luca Guadagnino

Lion d’Or à la carrière Catherine Deneuve et Paul Schrader

Meilleure expérience Venice Immersive (réalité virtuelle)The Man who Couldn’t Leave de Chen Singing

Premio Opera Prima « Luigi De Laurentiis » Saint-Omer d’Alice Diop

Prix Orizzonti du meilleur filmWorld War III de Houman Seyedi

Prix Orizzonti de la meilleure réalisation Vera de Tizza Covi et Rainer Frimmel

Prix du public de la section Orizzonti extraNezouh de Soudade Kaadan

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par lambert viviane, dimanche 11 septembre 2022, 1:12

    Netflix : aucune récompense. Transidentité et autre problème de genre : ignorés. La Mostra déçoit les petites gazettes sans intérêt et revient vers le CINÉMA ! Merci Julianne Moore

Aussi en Cinéma

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez toutes les sorties, salles et horaires sur Cinenews

Découvrez le programme
Cinenews Voir les articles de Cinenews