Accueil Procès des attentats de Bruxelles

Mohamed El Bachiri a perdu son épouse le 22-Mars: «J’ai l’impression de porter ce que Loubna incarnait»

« J’ai, au fond de moi, une forme de gratitude, je suis porté par quelque chose. » La perte de son épouse Loubna, la maman de ses trois garçons, Mohamed El Bachiri l’a sublimée, transposée généreusement en un « Jihad de l’amour ». A l’aube du procès des attentats de Bruxelles, il reprend la plume dans une chronique pour « Le Soir ».

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 6 min

Mohamed El Bachiri était conducteur de métro, sa femme Loubna, 34 ans, professeure de gym dans une école de Schaerbeek. Un couple heureux, parent de trois petits garçons, dont la vie implose le 22 mars 2016 : Loubna meurt dans le métro à Maelbeek suite à l’explosion d’une bombe de terroristes, seule victime décédée musulmane de ces attentats. Pas de mots pour dire la douleur, le désespoir, le manque. Et pourtant Mohamed va les imaginer ces mots : la nuit, il va se mettre à écrire, notamment un Jihad de l’amour, texte généreux, amoureux, déchirant qui sera vu, lu et échangé des centaines de milliers de fois et fera l’objet d’un livre préfacé par l’écrivain David Van Reybrouck.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

13 Commentaires

  • Posté par S M, lundi 12 septembre 2022, 22:38

    Il est toujours très difficile de contredire la vision d’un homme qui a tant souffert et qui exprime si bien sa douleur. On parait très vite hypocrite quand on dit qu’on imagine sa souffrance juste avant de s’opposer vivement à son raisonnement. Néanmoins, je le dis et ce n’est pas de la technique oratoire. Vous avez décidé de combler votre vide philosophique par la création d’un dieu que vous présentez comme rempli d’amour et de bonnes intentions. Si je suis heureuse que vous ayez choisi ce chemin imaginaire qui mène au pacifisme, à la bienveillance, à l’écoute de l’autre et à la reconstruction de soi, je ne vois cependant pas pour quelles raisons votre choix d’interprétation du message divin est plus fondé que celui des islamistes radicaux qui lisent exactement le même Coran que le vôtre et qui ont établi, dans une relation tout aussi verticale que la vôtre avec Dieu, un autre imaginaire beaucoup plus proche du texte intouchable. De plus, en lisant très froidement les textes fondateurs des trois monothéismes, force est de constater que les passages qui appellent à l’assassinat de celui qui n’est pas de la communauté sont bien plus nombreux que les appels à l’amour et ce, que le texte soit créé ou incrée. Je ne vous ferai pas l’affront de citer les passages et leur référence, vous savez de quoi je parle. Les monothéismes sont, par essence, violents. Vous devez vous justifier parce que vous vous appelez Mohamed, à Molenbeek. Je n’en doute absolument pas. Je dois moi me battre pour enseigner l’esprit critique et certaines vérités scientifiques lorsque je suis devant un panel d’islamistes, plus idiots les uns que les autres. Ils ne sont ni plus ni moins musulmans que vous, ils ont compris le texte autrement, littéralement comme tous les fanatiques décérébrés, quelle que soit la religion. Ils sont allés écouter l’interprétation d’un imam semeur de haine, de communautarisme qui est tout aussi musulman que vous. Et les femmes en burqa qui font un procès à l’État belge pour pouvoir sortir sur la voie publique totalement recouvertes sont aussi musulmanes que vous. Et les Arabes, les Afghans, les Iraniens… ont-ils tous mal compris le texte ? Je pourrais continuer les exemples durant des heures et démontrer que l’amour que vous voyez au cœur de votre religion et dans l’ADN de tous les hommes est une vision qui VOUS caractérise et n’est certes pas propre à la totalité du monde musulman. Des mondes juif et catholique non plus. Votre vision de la religion est VOTRE vision créée dans VOTRE chemin pour un dieu imaginé par VOTRE cerveau. Une autre chose me dérange : si je peux comprendre votre souffrance, je regrette que l’expression de votre douleur soit doublée d’un discours louangeur de votre islam présenté comme le « bon » islam. J’imagine déjà les cris d’orfraies des communautés religieuses si Le Soir avait offert ses colonnes à une victime athée qui exprimerait son chagrin en même temps que son militantisme pour un contrôle strict des mosquées clandestines (si bien connues) ou la fin du financement des cultes d’abrutis…puisque ce serait SA vision. Votre fragilité est menacée, dites-vous ; moi c’est ma liberté qui est menacée face à une présentation aussi angélique de l’islam. Je vous présente toutes mes condoléances.

  • Posté par collin liliane, mardi 13 septembre 2022, 10:08

    @D. Marc Ce n'est pas aussi simple: toutes les religions sont loin d'être comparables. Il suffit de comptabiliser le nombre d'appels à la haine et à l'amour dans le nouveau Testament et les mêmes appels dans le Coran pour constater qu'ils sont pratiquement inversement proportionnels. JC était un homme doux, M un chef de guerre. Sans même parler du fait que le christianisme souligne la nécessaire séparation de la politique et du religieux, tandis que l'islam est dès sa création une idéologie politico-religieuse. PS je précise que je ne plaide pas pour ma chapelle: je suis athée.

  • Posté par D Marc, mardi 13 septembre 2022, 9:28

    Sans accuser, vous mettez en évidence l'ambiguïté des religions : chacun y trouve son compte, les défenseurs de l'amour et ceux de la haine. Malgré ces contradictions, ils se renforcent l'un l'autre.

  • Posté par collin liliane, lundi 12 septembre 2022, 23:35

    Très beau texte.

  • Posté par Freddy Algrain, lundi 12 septembre 2022, 21:39

    Depuis les attentats, les médias n'ont de cesse d'essayer de démontrer que outres les terroristes, les musulmans sont des gens irréprochables. Mais dans les prisons 45 % des détenus sont musulmans et la plupart se radicalisent ! Dans les mosquées des imams incontrôlables distillent à longueur de prêches leurs discours de haine raciste. Cet article n'a aucune raison d'être, car il n'est pas représentatif de la réalité où

Plus de commentaires

Aussi en Procès des attentats de Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs