Accueil Économie Consommation

Quand un restaurant gagne une étoile, l’addition se sale (infographie)

Environ trois mois après la remise des macarons aux divers établissements belges par le Guide Michelin, « Le Soir » s’est penché sur l’impact de la précieuse récompense sur les coûts et la disponibilité des restaurants.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Le 24 mai dernier, depuis le Théâtre royal de Mons, le Guide Michelin dévoilait son nouveau palmarès. Lors de cette édition, seize établissements ont remporté leur premier macaron. Les restaurants Colette, La Villa Lorraine by Yves Mattagne et Hertog Jan at Botanic ont décroché, eux, une deuxième étoile ; le restaurant Boury, à Roulers, a rejoint le cercle (très) fermé des enseignes triplement étoilées. Plus de trois mois après cette remise, Le Soir a pris le temps d’analyser l’impact du précieux sésame sur cet échantillon de vingt restaurants et leurs chefs. Nous avons notamment pris comme étalon le prix des menus et le temps d’attente avant d’obtenir une table un vendredi ou un samedi soir.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Consommation

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs