Accueil Culture

Barbara Wiernik, «Ellipse» ****

Article réservé aux abonnés
Responsable des "Livres du Soir" Temps de lecture: 1 min

Spinach Pie Records

Ce qui frappe, dans ce bel album, c’est d’abord la sonorité. Une voix qui s’impose, mais traversée des timbres de la clarinette ou de la clarinette basse, du violoncelle, du vibraphone ou du marimba. Tout est distinct, comme les pièces d’un puzzle, mais tout s’assemble avec harmonie. Ce jazz de chambre révèle la musicalité de l’ensemble et de chacun des artistes. L’art du contrepoint, parfaitement réglé, mais qui n’empêche jamais la liberté de s’exprimer. Barbara Wiernik scatte d’ailleurs dès le premier morceau, comme pour montrer que, malgré l’écriture serrée des mélodies et des arrangements, cela reste du jazz. Ce qui frappe ensuite, c’est la poésie et la fraîcheur. Dans la voix, de Barbara et dans les interventions de ses complices.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs