Accueil Société

Crise de l’accueil: «Il faut que ça bouge!», l’appel inédit d’une trentaine d’acteurs de terrain à Alexander De Croo

Médecins sans frontière, le Samusocial, des syndicats et des avocats demandent à être entendus par le Premier ministre. Ils veulent lui présenter une feuille de route avec des solutions structurelles à court, moyen et long terme pour « sortir de la crise humanitaire » que traverse la Belgique depuis près d’un an.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 5 min

Personne ne veut voir des gens dans la rue. Nous créons des places d’accueil supplémentaires en urgence mais cela prend du temps. Dans cette situation, il n’y a pas de solution magique. » Les mots de Nicole de Moor (CD&V), Secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, dans Le Soir

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Ranwez Robert, mardi 13 septembre 2022, 17:38

    En dernière analyse, le problème majeur c'est l'industrie de l'assistanat pour tout et n'importe quoi avec salariés, cadres, zélateurs, RTBF, même avec des bateaux aspirateurs/sauveteurs aux bons endroits, etc. Ce n'est pas prêt de finir.

  • Posté par Ranwez Robert, mardi 13 septembre 2022, 17:15

    Laissons bien pisser le mouton, le problème se résoudra tout seul, sinon tout seul quand même.

  • Posté par collin liliane, mardi 13 septembre 2022, 14:09

    Pour que cela change, il faut revoir d'urgence le traité de Genève sur l'accueil des réfugiés qui ne pouvait évidemment prévoir en 1953 les grands mouvements de population actuels dont de surcroît la plus grande partie n'est pas politique, mais économique. Si une loi devient inapplicable, c'est qu'elle est obsolète.

  • Posté par Moritz Montanez, mardi 13 septembre 2022, 10:41

    Il serait bon de débattre une fois pour toutes d'une capacité d'accueil tenable pour la Belgique, exprimée en un nombre de réfugiés par an. Tout dossier surnuméraire serait automatiquement rejeté. Ensuite calibrer la capacité d'accueil sur ce nombre et limiter le budget à cela. Puis supprimer tout subside à la pléthore d'associations, d'asbl etc. qui vivent fort bien et souvent à temps plein du trafic d'êtres humains.

  • Posté par dams jean-marie, mardi 13 septembre 2022, 9:51

    Ukraine est en guerre c'est le seul argument qui détermine l'accueil sans concessions. Il faut refouler et interdire les autres qui veulent de force nous envahir avec la complicité de ces ONG et politiciens sans scrupules. C'est en amont qu'il faut établir des règles et refuser d'emblée celles et ceux qui veulent imposer leurs us et coutumes ! Arrêtons le système instauré il y a 60 ans c'est catastrophique , résultat : terrorisme , drogue , insécurité , vandalisme à l'opposé des valeurs occidentales .

Plus de commentaires

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs