Accueil

Dessins d’audience: le procès menace-t-il la liberté de la presse?

Le refus par certains accusés d’être croqués à l’audience inquiète les professionnels.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

C’était un peu la stupeur dans les rangs journalistiques – bien fournis – à l’ouverture de l’audience préliminaire, ce lundi matin. Comme le veut la tradition judiciaire, la présidente, Laurence Massart, a commencé par un tour des parties sur la question du droit à l’image. Sans surprise, les accusés ont refusé toute photo ou vidéo de leurs visages. Unanimement. Plus surprenant, la présidente a élargi la question aux dessins de presse. Dessins qui sont souvent, pour les médias, le seul support visuel pour accompagner les comptes-rendus d’audience, à l’exception des photos et vidéos de la cour et des avocats, prises en début de séance. Face à cette porte ouverte, plusieurs accusés ont sans surprise là aussi demandé aux dessinateurs de presse de s’abstenir de les croquer.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs