Accueil Société Régions Wallonie

Belfius s’inquiète des finances wallonnes: «La montée du PTB représente un risque financier»

Le bancassureur chercherait à réduire le contrat caissier qui le lie à la Région wallonne depuis des années. En raison : la situation financière actuelle et la potentielle montée au pouvoir du PTB en 2024.

Temps de lecture: 2 min

Inquiet de la situation financière de la Wallonie et de l’issue des élections en 2024, le bancassureur Belfius chercherait à réduire le contrat caissier qui le lie à la Région depuis des années, relatent L’Echo et De Tijd mardi.

« Belfius voudrait revoir à la baisse son contrat caissier. C’est vrai que la Wallonie pèse lourd dans son portefeuille et la banque redoute d’être dégradée à son tour si les finances de la Wallonie se dégradent une nouvelle fois ou si le rating de la Wallonie est revu à la baisse », explique L’Echo, citant une source dans l’entourage gouvernemental.

Contactée, la banque reste discrète sur la question et confirme simplement que « des réflexions relatives aux conditions d’une prolongation éventuelle sont en cours ».

L’arrivée du PTB au pouvoir, un « risque financier »

Belfius s’inquiète également d’une éventuelle arrivée du PTB au pouvoir après les prochaines élections de 2024. « Aux yeux de Belfius, la montée du PTB représente un risque financier avec une crainte de voir la dette de la Wallonie poursuivre sa croissance. C’est un élément qui a été mis en avant par Belfius lors des discussions autour du renouvellement du contrat caissier », explique une source gouvernementale.

Pour tenter de limiter ce risque politique, une des pistes de Belfius serait de limiter le prochain contrat caissier à deux ans, pour qu’il se termine avant les élections de 2024. « Cela permettrait à la banque de voir comment la nouvelle majorité wallonne va négocier son accord de gouvernement et gérer la croissance de l’endettement », souligne un autre acteur du dossier.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

23 Commentaires

  • Posté par Delpierre Bernard, mardi 13 septembre 2022, 16:03

    C'est vrai que le cordon ombilical reliant encore... pour un temps la Région wallonne à la Région flamande et le tout dans le cadre de l'Etat belge au niveau duquel la dette publique est calculée , permet à la Wallonie d'échapper aux foudres du FMI sans quoi avec un endettement public de plus de 200% du PIB, on peut difficilement imaginer, sauf changement radical de politique budgétaire, que des établissements financiers autres que Belfius reprendraient de tels risques, ou alors à des taux exorbitants ce qui ne ferait qu'aggraver la situation du malade.

  • Posté par Delpierre Bernard, mercredi 14 septembre 2022, 10:18

    On peut toujours rêver sauf que les risques d'ING avec la Région flamande sont au bas de l'échelle.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 14 septembre 2022, 9:47

    Pour mémoire, le banquier de la Communauté Flamande n'est pas Belfius, mais ING. Rien n'interdit à la Région Wallonne de se choisir un autre caissier.

  • Posté par Giefvan Agathe, mardi 13 septembre 2022, 15:26

    Qu'une entreprise essaie d'anticiper les perspectives politico-économiques, c'est sain. Qu'elle se fourvoie, ce faisant, dans des considérations de préjugés idéologiques sans fondement, c'est ainsi qu'elle se plante (cf. la chute de Fortis à cause des analyses oniriques de ses dirigeants). La direction de Belfius s'honorerait plutot en discutant directement avec le PTB pour savoir de quoi il retourne.

  • Posté par Smyers Jean-pierre, mercredi 14 septembre 2022, 10:01

    Que savez-vous des tractations? Les propos rapportés par un des protagonistes? C'est une prise de position officielle? Votre militantisme vous amène aussi parfois à raconter n'importe quoi, Mme Giefvan.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Wallonie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo